Entre « premier cercle du paradis » et « vecteur imaginaire de l’effroi » : Figures du Nord du XVe au XVIIIe siècle

Entre « premier cercle du paradis » et « vecteur imaginaire de l’effroi » : Figures du Nord du XVe au XVIIIe siècle*.

Le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (C.R.H.I.A.) de l’université de Nantes organisait le 24 mars 2011 une journée d’étude intitulée « De l’Ultima Thulé à l’Arcadie nordique : Perceptions et représentations du Nord de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle ». Elle réunissait des chercheurs venus de spécialités différentes (histoire, littérature, épistémologie de la géographie) qui partagent un intérêt pour le Nord de l’Europe et l’histoire de ses perceptions, de son imaginaire et de sa reconstruction. Dans la lignée d’une histoire de représentations des ailleurs qui a acquis ses lettres de noblesse depuis plusieurs décennies, cette rencontre résolument pluridisciplinaire avait pour support spatial une vaste « pars septentrionalis » du continent européen englobant les espaces compris entre le Groenland et la Sibérie. S’il existe bien quelques publications sur les représentations du Nord, les études qu’elles comprennent débutent le souvent leur propos à partir des années 1760/1770 pour se concentrer sur les décennies se trouvant à l’articulation des XVIIIe et XIXe siècles[1]. Il a donc semblé que la période précédente était un champ à investir. L’intervalle séparant le dernier siècle du Moyen âge du XVIIIe siècle est marqué par un élargissement de la carte du monde que le Nord, ou plus exactement sa représentation, intègre. La formulation d’interrogations, la projection de fantasmes et la construction de stéréotypes génèrent un discours dont l’évolution était mise au centre des interrogations des intervenants. L’étude de cette parole extérieure devait permettre de comprendre comment le Nord, espace peu connu, froid, hostile, impénétrable, voire barbare et même maléfique à la fin du Moyen Âge, peut être aussi découvert, étudié, approprié et voire même admiré.

Les communications de la matinée étaient rassemblées autour de l’axe 1 : « Approcher et représenter le Nord dans la première modernité ». La première intervention de Frédérique Laget (université de Nantes) portait sur la mésaventure vécue par des Vénitiens, survivants d’un naufrage au large de l’Irlande en 1431. Ils dérivent sur une chaloupe avant d’arriver aux îles Lofoten. Recueillis par des pêcheurs insulaires, ils découvrent les merveilles et les surprises du Nord que ce soit la faune, avec des poissons à la taille imposante et des animaux d’une blancheur surprenante, ou encore la longue nuit hivernale, « sombre et cruelle ». Si l’anormalité des créations de la nature est volontiers soulignée, la monstruosité est absente du témoignage des Italiens, comme si un voile se levait sur une périphérie lointaine qui intègre l’œkoumène. Ce sont surtout les qualités des Norvégiens qui étonnent les rescapés. Ils découvrent aux Lofoten, assurent-ils, le « premier cercle du paradis » caractérisé par les vertus et la beauté de ses habitants purifiés et endurcis par les rigueurs du climat dans lequel ils vivent. L’apparence flatteuse des pêcheurs des Lofoten n’a d’égal, aux yeux des observateurs vénitiens, que leur vertu et leur frugalité qui tranchent avec la corruption de leur Italie d’origine qu’ils finissent par regagner. Ce regard méridional décrit un monde de contraste entre l’hostilité de la nature et la bienveillance de ses habitants. Avec Jean-Marc Besse (CNRS), le support du discours change pour prendre la forme figurée des cartes du géographe anversois Abraham Ortelius (1527-1598). L’objet est ici de voir comment les connaissances anciennes et médiévales sont réappropriées et retranscrites sur des cartes pour construire une représentation des territoires. Le Nord est un « espace de papier » généré par la compilation de sources permettant de reconstituer l’image du monde. La cartographie du XVIe siècle est une science de la lecture, de l’interprétation et de la transcription des textes sous une forme non-littéraire. L’ouvrage de base de la communication est la dernière édition du Parergon d’Ortelius publiée de son vivant en 1595. L’étude des cartes sur lesquelles figure le Nord permet de souligner l’enjeu de la localisation des lieux et l’importance du travail philologique de l’auteur qui sont nécessaires pour conférer à l’image toute sa puissance. Or, cette publication révèle les difficultés de la compilation et de la construction d’une nomenclature cohérente. La partie de l’œuvre d’Ortelius concernant le Nord montre à la fois l’importance des auteurs anciens, comme Pline ou Ptolémé, et les incertitudes que le compilateur ne parvient pas à lever malgré un important travail critique. La représentation du Nord d’Ortélius relève de l’imaginaire historique d’un espace géographique au sein duquel les incertitudes sur la localisation et le nom des lieux demeurent encore nombreuses à la fin du XVIe siècle. Ce sont précisément ces hésitations qui permettent de dégager l’espace de l’imaginaire des îles du Nord qu’a traité Monique Mund-Dopchie (université de Louvain), en concentrant son propos sur l’Islande, les Shetland, le Frisland et le Groenland. La perception de ces îles à la Renaissance est au croisement de la réalité et du rêve dont la frontière poreuse favorise des confusions et permet la cohabitation des contraires. La proximité onomastique explique, par exemple, que l’Hekla soit la figure nordique de l’Etna, ou que les pâturages et la fertilité de l’Irlande soit attribués à l’Islande alors que l’île celtique est parfois présentée comme une terre glaciale à la nuit hivernale interminable. L’imaginaire des îles du Nord se nourrit aussi des incertitudes de la chronologie générant ainsi un brouillage de la lecture historique de l’espace septentrional. L’accumulation des données et des savoirs dans une démarche cumulative débouche sur un propos qui n’est pas toujours bien ordonné, et propice aux transferts ainsi qu’aux projections d’une île à l’autre, comme pour les évêchés d’Islande qui sont localisés au Groenland. L’ensemble insulaire nordique dont les éléments se distinguent mal les uns des autres favorise la généralisation des lieux communs sur la taille des habitants, leur bonne santé, la longévité de leur vie et la frugalité de leur mode de vie. L’imaginaire des auteurs écrivant sur ces îles se nourrit d’informations diverses qu’ils peuvent critiquer, mais qu’ils n’éliminent pas. Elles sont malgré tout considérées comme plausibles dans un espace de confins mal déterminé dont la représentation imaginaire nourrit une ambivalence permettant de penser tout à la fois la félicité de l’âge d’or et le chaos des premiers temps.

C’est au sein de cet espace nordique interprété, sans être compris, reconstruit autant qu’imaginé, que prennent place les populations sames. Gunlög Fur (université Linné, Växjö, Suède) s’interroge sur les rapports croisés des autochtones de la Laponie et des Suédois. Sujets du même roi, les premiers se distinguent par leurs mœurs et leur mode de vie qui font d’eux autant des membres à part entière du royaume et que des étrangers, car ils ne parlent pas suédois, sont adeptes du paganisme et restent nomades. À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les efforts de la Couronne et de l’Église de Suède pour évangéliser, éduquer et intégrer les Sames génèrent un accroissement du nombre de descriptions de la Laponie et de ses habitants. Il existe, globalement, trois types de perspectives par lesquelles les Suédois envisagent les Sames. La première, et aussi la plus fréquente, insiste sur leur description physique, généralement de manière péjorative, qui reflète les médiocres qualités intérieures de ce peuple. La seconde analyse postule la complémentarité des modes de vie entre Suédois et Sames qui peuvent cohabiter sans difficultés car ils n’utilisent pas les mêmes ressources de la nature. Enfin, la troisième perspective est celle des autorités qui considèrent la possibilité d’une acculturation des Sames par l’évangélisation en pariant sur leur capacité à se civiliser. Quelques témoignages permettent aussi d’approcher la manière dont les Sames percevaient les Suédois. Ils seraient issus d’un même père, mais les seconds, moins vaillants, auraient quitté le Nord. Cette légende, qui se retrouve assez fréquemment, permet aux Sames de justifier d’une antériorité sur leurs voisins du Sud. Au début du XVIIIe siècle, la perception des habitants du Nord de la Scandinavie change en particulier grâce au récit de voyage en Laponie de Linné. Les Sames sont gratifiés de commentaires positifs pour devenir les bons sauvages du Nord, alors que même le milieu dans lequel ils vivent est présenté de manière moins hostile. Globalement cependant, les descriptions des Sames que l’on trouve chez les observateurs suédois des XVIIe et XVIIIe siècles rappellent la manière dont les autres Européens décrivent ceux qu’ils considèrent comme leurs inférieurs. Le regard que porte le père Francesco Negri sur les Sames au milieu des années 1660 ne s’inscrit pas du tout dans cette perspective. Alessandra Grillo (université Paris IV Sorbonne) a étudié le voyage de ce prêtre originaire de Ravenne qui est le premier italien à s’être rendu au Cap Nord. Animé par sa seule curiosité, il a décidé d’entreprendre un périple de trois ans vers le septentrion pour aller voir, in situ, comment peuvent vivre des hommes dans des conditions climatiques extrêmes. L’intérêt du récit du père Negri tient dans l’immédiateté de son témoignage alors que d’aucuns de ses contemporains, comme Regnard, ont écrit sur la Laponie en compilant les sources qu’ils avaient à leur disposition. Discutant avec les pasteurs qu’il peut rencontrer mais tentant également de communiquer avec les Sames, il s’intéresse à leurs mœurs de manière quasi ethnographique. Il donne notamment le récit de son apprentissage du ski, décrit le séchage des poissons ainsi que la pratique du sauna qui lui permet de souligner la pudeur des Sames. S’il critique nombre d’affirmations sur la Laponie, notamment celles d’Olaus Magnus qui ne s’est jamais rendu sur place, il évoque tout de même les légendes des transformations en loups ou en ours. Negri laisse finalement un témoignage marqué par une authentique bienveillance pour une Laponie qu’à son grand regret il ne reverra jamais.

Le second axe de la journée d’étude portait sur « Les expériences et les imaginaires du Nord au XVIIIe siècle ». Marc Bélissa (université Paris Ouest Nanterre) a évoqué le traitement des populations sibériennes dans l’Encyclopédie. Les articles concernant les Samoyèdes, les Ostiaks et les autres peuples du nord de l’empire russe sont écrits à partir de sources récentes que sont les récits de voyageurs allemands s’étant rendus sur place dans le second quart du XVIIIe siècle. L’intérêt porté à ces populations relève d’une interrogation sur les extrémités de l’espèce humaine c’est pourquoi, de manière paradoxale, les peuples sibériens attirent davantage l’attention que les Russes. Les articles soulignent le caractère dégénéré de ces populations demeurant dans un espace désolé dont l’hostilité renvoie au faible degré de civilisation de ses habitants. Qualifiés souvent de sauvages, par opposition aux Russes volontiers barbares, ils témoignent de ce qu’était le premier stade de l’humanité avec son nomadisme, ses superstitions et la pauvreté de sa culture matérielle. Dans la dynamique des Lumières, les auteurs de l’Encyclopédie envisagent avec pessimisme la possibilité d’une civilisation des peuples sibériens qui incarnent en leur qualité d’authentiques sauvages les variabilités de l’espèce humaine. L’idée que le Nord puisse être un conservatoire des origines de l’humanité permet d’inscrire ses populations dans la perspective de longue durée de l’évolution des hommes. Cette approche se retrouve également chez Paul Henri Mallet (1730-1807), un historien suisse qui fit carrière à Copenhague. Thomas Mohnike (université de Strasbourg) a cherché à montrer comment à travers les Monuments de la mythologie et de la poesie des Celtes, et particulierement des anciens Scandinaves et les différentes histoires du Danemark qu’il publie dans les années 1750, Mallet cherche à faire connaître le Nord en général, le Danemark en particulier. Il définit un espace septentrional stable, intégré dans une l’Europe qui y puise ses racines. Reprenant les travaux des antiquaires et des érudits danois du XVIIe siècle, Mallet se replace dans une tradition ancienne, que l’on trouve par exemple chez Montesquieu, faisant du Nord la « vagina gentium » de l’Europe et le berceau originel de la liberté. Il fait ainsi cohabiter, et parfois s’entrechoquer, une géographie du savoir basée sur les archives, ainsi que sur les richesses des cabinets de curiosité, et une géographie imaginée. Ce dialogue entre réalité et imagination se retrouve dans la communication d’Alain Guyot (université de Grenoble) qui s’est penché sur la manière dont certains auteurs du XVIIIe siècle ont pu utiliser les représentations du Nord pour rendre compte du paysage alpin. C’est le cas en particulier du livre de Gottlieb Sigmund Grüner qui fait paraître en 1770 une Histoire naturelle des glacieres de Suisse, traduction de l’original allemand publié dix ans plus tôt, Die Eisgebirge des Schweizerlandes. Grüner convoque le Nord comme « un vecteur imaginaire de l’effroi » basé sur une analogie entre les glaciers, la neige et le froid communs aux latitudes septentrionales et aux montagnes helvétiques. Pour lui, le Nord, en l’occurrence le Spitzberg et le Groenland, est plus qu’un simple expédient destiné à faire comprendre, ou plus exactement à faire ressentir ce que sont les altitudes alpestres. Il sert de repoussoir hyperbolique de l’horreur alpine. Cet artifice permet à Grüner de faire des Alpes un lieu de contraste entre la douceur italienne et la répulsion du Grand Nord. L’auteur s’adresse à l’imaginaire du lecteur pour faire des montagnes suisses une Thulé sous le climat tempéré, un Nord dans le sud, une extrémité septentrionale proche de ses lecteurs. Les régions boréales fonctionnent à plein jusqu’aux années 1770 comme « une machine à fantasmes » permettant de stimuler l’imaginaire pour décrire le proche en se servant du lointain.

Finalement, à l’issue de ces travaux et des discussions qu’ils ont suscitées, il ressort la prégnance d’une géographie reconstruite du Nord, ancienne et cohérente, située entre réalité et imagination. Les parts de l’une et de l’autre varient en fonction des auteurs, des sujets abordés ou encore du dessein des textes ou des cartes. La réalité nordique ne se découvre pas progressivement par un processus de construction d’un savoir empirique ou par des approches qui seraient de plus en plus raisonnées, bien qu’il y ait indiscutablement davantage de connaissances sur le Nord au XVIIIe siècle que dans les périodes précédentes. Mais au fil des siècles, la part persistante d’inconnu et d’exotisme du milieu naturel et de ses habitants leur vaut de continuer à être envisagés avec intérêt et curiosité. Le regard porté sur cet espace déplace le cœur des interrogations pour conserver aux régions septentrionales un goût de mystère. La perspective dans laquelle elles sont envisagées varie en fonction de l’aventure de l’observateur, des raisons de sa présence sur place, ou des sources qu’il utilise à distance pour traiter d’un objet qu’il ne connaît qu’indirectement. Le renouvellement incessant des questionnements et des problématiques portant sur le Nord est davantage généré par la situation, la culture et l’enjeu que représente le traitement de cette région pour ses observateurs que par l’objet septentrional à proprement parler. Ainsi, l’imaginaire et les fantasmes entourant le monde nordique se déclinent sans perdre en intensité de la fin du Moyen Âge aux années 1760/1770 qui marquent une inflexion due à l’émergence de la sensibilité préromantique et aux nouvelles exigences du lectorat érudit. Bien qu’il soit considéré comme un objet propre par les voyageurs et les auteurs entrant, volontairement ou pas, en confrontation avec lui, le monde septentrional qu’ils découvrent et qu’ils recréent est aussi une toile sur laquelle se projettent des interrogations sur les confins du monde, de l’imaginaire ou de l’humanité. Cette friction entre réalité et reconstruction marque le Nord de manière durable comme l’ont montré des études sur les XIXe et XXe siècles ou des épisodes récents comme l’éruption de l’Eyjafjöll, « LE volcan islandais ». Nommer le Nord est un défi qui ne peut être relevé que par une véritable appropriation d’un espace à la fois singulier et pluriel. À ce titre, les différentes communications montrent la pertinence de la distinction entre Nord et Grand Nord. Même si cette dénomination des espaces les plus septentrionaux n’apparait en français qu’en 1874, les régions les plus boréales se distinguent peu à peu de l’espace scandinave qui devient de plus en plus européen au fil de l’époque Moderne. Plus lointain, soumis à des conditions naturelles très rigoureuses et peuplé d’hommes à l’aspect étrange et aux mœurs surprenantes, le Grand Nord ne fait pas partie de l’Europe. Pour la plupart des observateurs occidentaux qui ont été évoqués dans les communications, il se situe au-delà d’une frontière, dans une zone nébuleuse d’où se dégagent des formes interprétées, consciemment ou inconsciemment, par les premiers auteurs, puis réinterprétés à leur tour par ceux qui les utilisent et les compilent pour écrire sur le Nord. Ainsi, les représentations du Nord se nourrissent elles-mêmes de leurs fantasmes pour construire un monde ambivalent dans lequel les rigueurs naturelles et le caractère primitif des habitants n’abolissent ni le mythe de l’Ultima Thulé hyperboréenne aux habitants proches des dieux, ni celui de l’Arcadie nordique au sein de laquelle règne la douceur et la félicité[2].

Éric Schnakenbourg

C.R.H.I.A., université de Nantes
Institut Universitaire de France

Programme :

Axe 1 : Approcher et représenter le Nord dans la première modernité

Frédérique Laget, « Une expérience malheureuse de la mer du Nord : des Vénitiens aux Lofoten (v. 1432) »
Jean-Marc Besse, « …situ autem valde inconstanti… La  représentation de l’Europe du Nord chez Abraham Ortelius »
Monique Mund-Dopchie, « La représentation des îles de l’Extrême-Nord dans l’imaginaire géographique de la Renaissance: réalités et fictions »
Gunlög Fur « Origins and strangers: Swedish perceptions of Saami people in the early modern period »
Alessandra Grillo, « Le premier italien au cap Nord : le père Francesco Negri (1663-1666) »

Axe 2 : Expériences et imaginaires du Nord au XVIIIe siècle

Marc Bélissa, « La Sibérie et les peuples sibériens dans l’Encyclopédie de Diderot »
Thomas Mohnicke, « Paul-Henri Mallet (1730-1807) entre rêves gothiques, germaniques et celtiques »
Alain Guyot, « Le Grand Nord : un modèle pour ‘inventer’ les Alpes au XVIIIe siècle ? »


* Je remercie Frédérique Laget des observations qu’elle a bien voulu me faire sur ce texte.

[1] Les principales sont Arnold Barton, Northern Arcadia. Foreign Travelers in Scandinavia, 1765-1815, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1998 ; Regina Hartmann, Deutsche Reisende in der Spätaufklärung unterwegs in Skandinavien. Die Verständigung über den “Norden” im Konstruktionsprozeß ihrer Berichte, Francfort, Peter Lang, 2000; Vincent Fournier, Le voyage en Scandinavie. Anthologie de voyageurs, 1627-1914, Paris, Laffont, 2001 ; Karen Klitgaard Povlsen, (éd.), Northbound: Travels, Encounters, and Constructions 1700-1830, Aarhus, Aarhus University Press, 2007.

[2] La publication des actes de cette journée d’études enrichis d’autres contributions est prévue en 2012.



Citer ce billet
Christine AUBRY (2011, 30 mars). Entre « premier cercle du paradis » et « vecteur imaginaire de l’effroi » : Figures du Nord du XVe au XVIIIe siècle. RIM-Nor. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqxl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search