Résumés des communications — « Représentations modernes et contemporaines des Nord médiévaux » (23 janvier 2015)

Séminaire Représentations modernes et contemporaines des Nord médiévaux
1e journée : Université Lille 3, 23 janvier 2015

pdf  PDFAlban Gautier (Université du Littoral Côte d’Opale – Institut universitaire de France)Présentation du séminaire

Ce séminaire voudrait se situer à la rencontre de trois champs d’étude dont les approches ne sont pas toujours coordonnées, et dont les travaux sont souvent ignorés par les spécialistes de ces trois domaines.

  1. L’étude de l’Europe du Nord au Moyen Âge, et singulièrement de l’histoire du haut Moyen Âge dans les régions nordiques : îles Britanniques, Pays-­Bas au sens large, Germanie/Allemagne, Pologne, pays scandinaves, Moscovie (ou Russie), pourtours de la mer du Nord et de la mer Baltique. Ce sera notre définition du Nord, sans exclusive, car bien entendu la notion est relative. L’histoire du Nord dans cette période, c’est d’abord l’étude du premier Moyen Âge : l’histoire des vikings, mais aussi celle des Francs, des Anglo-­‐Saxons, des « Celtes », des « Slaves ». Beaucoup de ces termes mériteraient de s’y arrêter pour toutes connotations qu’ils véhiculent : la férocité des vikings, les brumes du monde celtique, la vie pacifique et paysanne des Slaves. Ces connotations ne découlent pas uniquement des sources de l’époque, mais aussi et surtout de la construction d’un savoir sur ces régions. Mais il ne faudra pas laisser de côté la grande tradition des études dites « bourguignonnes », qui nous amène vers un autre « Nord » et un tout autre « Moyen Âge », celui des « Pays-­Bas » et de l’automne du Moyen Âge, pour parler comme Huizinga. Au moment où la Renaissance et la modernité fleurissent en Italie et dans le sud de l’Europe, une historiographie aujourd’hui largement contestée a pu voir dans les Pays-­Bas, et dans l’Europe du Nord en général, un conservatoire de la médiévalité, un espace plus « médiéval » que d’autres en Europe, où régnaient encore au XVe s. une « intensité de vie » qui ferait défaut à la modernité.
  1. L’étude de la nordicité et de la septentrionalité. Ce thème a réuni au cours des trois dernières années de nombreux chercheurs autour du séminaire du réseau RIM-­Nor animé par Odile Parsis-­Barubé. Le présent séminaire, qui prévoit à son tour de s’étendre sur deux années, s’inscrit donc la continuité du précédent, qui a permis de poser un certain nombre de définitions, par exemple pour les termes clés, septentrionalité et nordicité. La nordicité (concept d’origine canadienne) ou « état de Nord », est une notion relative, surtout géographique, qui permet de parler de « degrés de nordicité », de déterminer des espaces plus ou moins marqués par des « conditions de nordicité » (qui ne sont pas seulement climatiques mais qui impliquent aussi des modes de vie, des habitudes, des manières de se déplacer par exemple). La septentrionalité (une notion plus récente, « française de France ») est plus culturelle que géographique, et elle est construite dans des régions qui ne se disent pas nordiques ou septentrionales : plutôt que de situer les Nords les uns par rapport aux autres, la septentrionalité construit ce que j’appellerais volontiers un « Nord à majuscule », culturellement marqué comme tel et différent de ce qui n’est pas le Nord (et qui ne se définit pas nécessairement comme Sud, mais aussi et surtout comme centre). Odile Parsis-­Barubé parle d’une « invention du Nord », par exemple chez les peintres de l’époque romantique.
  2. Le «médiévalisme». Un domaine déjà ancien dans le monde anglophone avec de nombreuses publications et même une revue (Studies in Medievalism existe depuis 1979) ; mais c’est aussi de notre côté de l’Atlantique un domaine en plein expansion, qui s’est structuré en France autour du réseau « Modernités médiévales » créé en 2004. Le médiévalisme étudie la perception et les représentations du Moyen Âge dans les périodes plus récentes, et en particulier au XIXe-­XXIe s. Or le Nord est particulièrement intéressant dans l’optique du médiévalisme : en effet, dès le XIXe s., et peut-­être avant, le Nord européen apparaît comme un espace spécifiquement médiéval. Dépourvu de l’héritage antique des régions méditerranéennes, le discours d’identité du Nord puise spécifiquement dans le Moyen Âge. D’une certaine manière, on peut dire que le Nord à l’époque romantique est perçu, à la fois de l’extérieur (assignation) et de l’intérieur (appartenance), comme toujours et encore médiéval, comme relevant d’un passé de l’Europe qui est spécifiquement le passé médiéval. Pour ne prendre qu’un exemple développé par Isabelle Durand-­Le Guern, vue de France par Mme de Staël, l’Allemagne est un pays relevant d’un « Nord primitif », l’homme du Nord apparaissant comme « un alter ego rappelant une identité perdue », « un type d’individu authentique, dont les valeurs primitives n’ont pas été perverties par la civilisation », « un avatar inattendu du bon sauvage, un Huron Nordique dont il convient d’admirer les qualités inhérentes à son statut de barbare : force, virilité, naïveté, spontanéité ». En un mot, « l’Allemand se confond avec son ancêtre supposé, le “barbare du Nord” ». Depuis l’Antiquité romaine, les barbares viennent avant tout du Nord : ce sont des hommes du Nord qui, dans le schéma historiographique développé à partir de la Renaissance, marquent l’entrée dans le Moyen Âge. Région de provenance des barbares, restée marquée par son passé barbare, le Nord de l’Europe serait médiéval par excellence. Cette idée reste très prégnante : la culture populaire au sens le plus large du terme est aujourd’hui friande de récits et de schémas puisés aux mythes et littératures du Nord médiéval, qu’il soit celtique, germanique ou autre, et leur réception est un objet d’étude qu’abordent déjà de nombreux chercheurs. Mais il importe de rappeler que ces cultures populaires sont nourries d’une   longue   réception   savante   qui   remonte   au   moins   à   la Renaissance : qu’on pense, pour ne citer qu’un seul exemple, au succès de l’œuvre d’Olaus Magnus au XVIe s.

Ces représentations des Nords médiévaux, nous allons donc les étudier au cours des trois années qui viennent, en embrassant toute la période qui va précisément du XVe-­XVIe s. (la soi-­disant « Renaissance ») jusqu’à l’aujourd’hui le plus contemporain. Gil Bartholeyns a récemment attiré notre attention sur trois types de rapport au passé : l’histoire, la mémoire, l’usage. En nous inspirant (sans le suivre en tous points) de la distinction opérée par G. Bartholeyns, nous pouvons dire que ces « trois fonctions » du passé seront notre fil directeur pour les trois années du séminaire.

  1. L’histoire. Elle ne prend pas nécessairement la forme d’un « livre d’histoire » : comme nous le rappelait tout récemment Ivan Jablonka, elle n’est pas d’abord le récit des événements passés mais enquête sur le passé. L’histoire construit par l’enquête un discours savant et informé, qui prétend atteindre une vérité, et les sociétés du passé faisaient. Nous examinerons donc l’émergence et la consolidation de ce discours savant sur les peuples, les littératures, les caractéristiques du Nord médiéval. Il s’agira ici de décortiquer et de critiquer (dans tous les sens de ce terme) le discours savant sur le Nord, un discours qui oppose souvent un Nord à un sud ou à un centre, qui construit le Nord en objet d’étude spécifique.
  1. La mémoire. C’est, pourrait-­on dire, la forme que prend le passé dans la culture d’un groupe ou d’un individu, les manifestations d’un rapport au passé dans des œuvres qui ne relèvent pas de l’enquête historique. À travers les productions culturelles au sens large nous étudierons comment cette mémoire du Moyen Âge septentrional a opéré. Ces productions culturelles sont en effet des témoignages d’un certain rapport au passé, qui nous dit des choses sur la culture du temps où elles ont été produites. Nous étudierons la « haute culture » (de Wagner à Bergman : opéra, poésie, le théâtre, peinture d’histoire, cinéma d’art et d’essai) autant que la culture populaire (de Tolkien à Thorgal : roman populaire, historique ou de fantasy, cinéma hollywoodien, bande dessinée). Cette distinction entre haute culture et culture populaire est d’ailleurs subjective et souvent difficile à tenir, et nous ne nous y attarderons pas trop.
  1. L’usage. Par « rapport d’usage », on entendra un rapport beaucoup plus immédiat au passé, une manière plus ludique, plus esthétisante de se relier au passé, qui ne se soucie ni de mémoire ni d’histoire mais qui fait du passé un réservoir auquel on puise pour des usages divers. On étudiera donc ici des « phénomènes de société » : reconstitution historique (reenactment), jeux vidéo, jeux de rôle. Mais on examinera aussi les usages proprement politiques des Nords médiévaux : usages par les extrêmes droites (par exemple dans le cadre de l’archéologie nazie étudiée récemment par Laurent Olivier) ; usages dans le régionalisme, avec dès la fin du XIXe s. le rapport aux vikings dans la construction d’une identité normande, culminant avec le « millénaire de la Normandie » en 1911. On pourra considérer la question des « spiritualités nouvelles », qui puisent à un référent nordique sans nécessairement être reliées à une authentique démarche historique : spiritualités celtisantes, proches du New Age, qui croient voir dans le soi-­‐disant « christianisme celtique » une pensée féministe et/ou écologique avant la lettre ; spiritualités se réclamant du paganisme germanique, parfois proches de l’extrême droite identitaire.

Comprenons bien que ces trois modalités du rapport au passé ne s’excluent pas l’une l’autre : elles entretiennent au contraire des liens étroits, et ce n’est que pour des raisons de commodité (et je l’espère aussi des raisons heuristiques) que nous les distinguerons : chacune des trois années du séminaire mettra l’accent sur l’une des trois approches, mais il est évident qu’elles seront toujours présentes ensemble. La série télévisée Kaamelott serait un bon exemple d’une production qui procède des trois modalités : l’histoire puisqu’elle prétend à une authenticité de la reconstitution, découlant de travaux d’historiens et d’archéologues (voir les bonus des DVD) et replaçant Arthur dans les « Âges obscurs », période où il est censé avoir vécu ; la mémoire puisqu’elle reflète certains aspects de la mémoire du Moyen Âge dans nos sociétés (chevalerie, place de la religion, de la royauté), elle en est une manifestation qui peut être étudiée comme telle ; l’usage enfin puisqu’elle utilise le Moyen Âge, elle puise à la « matière de Bretagne » pour un propos décalé, essentiellement contemporain, qui en fin de compte n’est ni historique ni mémoriel, mais vise avant tout à l’effet comique.

Éléments de bibliographie
Bartholeyns G., « Le passé sans l’histoire. Vers une anthropologie culturelle du temps », dans Vincent Ferré (dir.), Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 47-­60.
Bartholeyns G., « Loin de l’Histoire », Le Débat, no 177, 2013, p. 117-­125.
Bourdieu P., « Le Nord et le Midi : Contribution à une analyse de l’effet Montesquieu », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 35, no 1, 1980, p. 21-­25.
Dubar M. et Moura J.-­M. (dir.), Le Nord, latitudes imaginaires. Actes du XXIXe congrès de la Société française de littérature générale et comparée, Villeneuve-­d’Ascq, Université Charles de Gaulle -­Lille 3, 2000.
Durand-­‐Le Guern I., « Des barbares du Nord à la poésie rhénane : images romantiques de l’Allemagne », dans M. Dubar et J.-­M. Moura (dir.), Le Nord, latitudes imaginaires…, p. 165-­173.
François S., Au-­delà des vents du Nord. L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-­Européens, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014.
Huizinga J., L’Automne du Moyen Âge, traduit par Julia BASTIN, Paris, Payot, 1975.
Jablonka I., L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014.
Levesque J.-­M., « En rêves et en images… Les Vikings du romantisme au régionalisme », dans É. Ridel (dir.), Les Vikings dans l’Empire franc. Impact, héritage, imaginaire, Caen, OREP, 2014, p. 119-­127.
Montoya A. C. et Ferré V., « Medievalism and theory : toward a rhizomatic medievalism », RELIEF. Revue électronique de littérature française, vol. 8, no 1, 2014, p. 1-­19.
Olivier L., Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme, Paris, Tallandier, 2012.
Parsis-­‐Barubé O., « L’invention du Nord. Introduction », Revue du Nord, vol. 87, no 360-­361, 2005, p. 269-­272. Revue    du    Nord,    vol. 87,    no 360-361, 2005 : numéro  spécial sur « L’invention du Nord ».
Schnakenbourg É. (dir.), Figures du Nord. Scandinavie, Groenland et Sibérie. Perceptions et représentations des espaces septentrionaux du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.


 

PDFpdfPierre Bauduin (Université de Caen Basse-­Normandie – Institut universitaire de France – Centre Michel de Boüard CRAHAM UMR 6273) – Lectures (dé)coloniales des vikings

La colonisation implique deux ordres de faits ressortissant l’un du peuplement et l’autre de la sujétion, qui souvent, mais pas systématiquement, se rencontrent et prennent des formes différentes selon les contextes et les objectifs de ceux qui les ont initiés. Le fait colonial a fait l’objet d’une importante réflexion pour la période médiévale, en s’interrogeant sur les liens éventuels entre la « colonisation médiévale » et celles des périodes ultérieures. L’empli des mots, « colonie », « colonisation », et à plus forte raison « colonialisme », associés ou non avec « Empire » et « impérialisme », dans le contexte médiéval, suscite des débats plus ou moins intenses selon les auteurs ou les courants historiographiques. L’objet de la communication était de s’interroger sur l’influence éventuelle de ces débats sur les analyses de l’expansion de peuples scandinaves à la période viking (VIIIe-­XIe siècle). Y a-­t-­il dans les sources une terminologie ou un discours qui a pu fonder une écriture de l’expansion viking en terme de « colonisation » ? Dans quel sens les historiens modernes, depuis le XIXe siècle, ont-­ils employés le mot « coloniser » ou ses composés (colons, colonies) lorsqu’ils ont appliqué ce vocabulaire à l’expansion scandinave ? Cette terminologie s’est-­elle montrée perméable aux évolutions des problématiques concernant le fait colonial dans l’histoire et dans l’historiographie récentes ? Dans quelle mesure peut-­‐on parler aujourd’hui d’une « déconstruction » voire d’une « décolonisation » du phénomène viking ?

Les premiers résultats de cette analyse suggèrent plusieurs conclusions :

  1. L’emploi de « coloniser » et de ses dérivés ne semblent pas faire vraiment l’objet de débats. Certes, cette terminologie a pu être mise (de manière abusive) en regard des expériences coloniales des époques modernes et contemporaines, pour autant elle ne semble pas avoir contaminé le débat historiographique. Pour plusieurs raisons. D’abord, il y a eu, dans le passé viking, une expérience du landnám suffisamment originale et décrite par les textes médiévaux pour limiter les risques de confusion avec les situations ultérieures. D’autre part l’utilisation du mot « colonisation » est restée souvent circonscrite pour décrire des phénomènes d’établissement, d’appropriation des terres, de peuplement. « Colonisation » a pu, paradoxalement, être employé pour mettre en valeur certains aspects d’un mouvement viking parfois réduit à la violence, à la guerre, au pillage. Enfin le schéma d’une métropole exploitant des terres colonisées ne tient simplement pour la période viking. Il faut ajouter que parmi les débats concernant l’histoire de la Scandinave ancienne revient de manière récurrente le thème de l’ « européanisation » de cet espace, sous la double influence des progrès du christianisme et d’un modèle d’État monarchique.
  2. Cependant, il existe bien une tendance à « décoloniser » les Vikings et à « déconstruire » leur histoire. Publié en 2003, l’ouvrage de Fredrik Svanberg Decolonizing the Viking Age inscrit son propos dans le courant des postcolonial studies. Il entend démontrer comment l’historiographie du XIXe et du début du XXe siècle a construit et diffusé le concept de Viking Age. Cet « âge viking », devenu un paradigme, est décrit comme un système fortement influencé par les doctrines nationalistes de l’époque et il s’agirait ainsi d’un concept qu’il conviendrait de « décoloniser ». Un colloque tenu à Manchester en mars 2011 sur « Colonising, Decolonising and Postcolonising the Viking Age » va dans le même sens. Dans cette perspective, « décoloniser » c’est déconstruire et proposer l’exploration de nouveaux champs d’investigation fortement inspirés par les cultural studies et les postcolonial studies. Cette orientation « postcoloniale » reste cependant marginale dans l’historiographie actuelle de l’expansion scandinave à l’époque viking. Et surtout, les champs d’investigation qu’elle recouvre n’ont pas attendu ou n’ont pas besoin d’une étiquette postcoloniale pour être étudiés par les historiens des textes, les archéologues ou les linguistes. Ils amènent à élargir la discussion autour de la notion de communauté de culture dans le monde viking et du concept de « diaspora viking » qui s’est affirmé dans l’historiographie depuis quelques années.

Peut-­on alors parler de lectures (dé)coloniales des vikings ? A mon avis, il faut répondre par la négative. Même si le vocabulaire « colonial »   est fréquemment utilisé, il ne semble pas avoir imposé d’analogies assez puissantes pour imposer des grilles de lecture et il n’est nullement incontournable. L’impression qui prévaut est celui d’un empirisme qui laissent aux spécialistes du monde viking une marge de manœuvre sommes toute assez large pour décider ou non d’utiliser cette terminologie, en fonction de leurs objets d’étude ou, tout simplement, de leurs habitudes académiques.

Éléments de bibliographie
Coloniser au Moyen Âge, M. Balard et A. Ducellier (éd.), Paris, A. Colin, 1995.
Contact, Continuity and Collapse. The Norse Colonization of the North Atlantic, James H. BARRETT (éd.), Turnhout, Brepols (Studies in the Early Middle Ages, vol. 5), 2003
Historiographical Approaches to Medieval Colonization of East Central Europe: A Comparative Analysis against the Background of Other European Inter-Ethnic Colonization Processes in the Middle Ages, J. Piskorski (éd.), New York, Boulder (East European Monographs), 2002.
ABRAMS (L.), « Diaspora and Identity in the Viking Age », Early Medieval Europe, 20, 1, février 2012, p. 17-­38.
JESCH (J.), « Myth and Cultural Memory in the Viking Diaspora », Viking and Medieval Scandinavia, 4, 2008, p. 221-­226.
RANDSBORG (K.), « Colonization: Greek and Viking », Acta Archaeologica vol. 71, 2000, p. 171-­182.
SVANBERG (F.), Decolonizing the Viking age, 1, Stockholm, Almkvist & Viksell international (Acta archaeologica lundensis series in 8°, 43), 2003.
WEST (F.) « The Colonial History of the Norman Conquest ? », History. The Journal of the Historical Association, volume 84, issue 274, April 1999, p. 219-­236.


pdf  PDF Barbara Yorke (Universityof Winchester) – The unHeroic Age? Anglo-­Saxons and English Identity, 16th-­20th Century

Hector Munro Chadwick’s The Heroic Age (1912) is a celebrated work, still in print, which explores common features of the Germanic and Greek heroic ages. The Old English poem Beowulf naturally has a central role in the Germanic section. The poem had been rediscovered by English scholars in the late 17c. The first edition in English was that of John Kemble in 1833, but the poem had surprisingly little impact on either scholarly or popular history in England before the twentieth century. This paper is an exploration of why that should have been the case, and why, although the Anglo-­Saxons were of great importance to English identity after the Reformation of the sixteenth century, it was Alfred and the later Anglo-­Saxons, rather than the heroic world of Beowulf, that captured the public imagination.

The defeat of the Anglo-­Saxon ruler King Harold II in 1066 temporarily eclipsed interest in the Anglo-­‐Saxon past, not least because of the ensuing cultural success of the Norman French hero-­king Arthur. Even supposed Anglo-­Saxon heroes such as Guy of Warwick were conceived as living in a similar world of crusading and chivalric values. However, by the end of the middle ages there was an increasing interest in reforming circles in presenting their claims as lost freedoms that by judicious editing could be discovered in written records of the Anglo-­Saxon past. As the reign of King Alfred (871-­‐99) was particularly well-recorded attention began to focus upon him.

Archbishop Parker, for instance, in 1574 was responsible for the first printed edition of Asser’s ninth-­century biography of the king. He mined this and other works to argue that the Elizabethan Protestant church was returning to its Anglo-­‐Saxon roots. In the seventeenth century those who wanted a greater role for Parliament used Alfred’s lawcodes among other works to argue for Parliament’s descent from the witan, the assembly of chief men who had advised Anglo-Saxon kings. When the elector of Saxony became King George I of England and Scotland in 1714 references to King Alfred escalated as a means of praising – and criticising – the new Hanoverian line. Essential features of English identity in the eighteenth and nineteenth centuries such as its constitution, army and navy and Anglican Church were seen as being Anglo-­Saxon in origin, and typified by King Alfred and his reign.

By the end of the nineteenth century Alfred was being commemorated as the embodiment of the ‘English’ character which had enabled the creation of the British Empire, and which had been successfully transplanted to America by the earliest English settlers. The 1901 celebrations of the death of King Alfred, which were centred on the unveiling of a statue in Winchester, marked his apogee. The Old English poem Beowulf did not fit into this version of the Anglo-Saxon past. It did not even refer to England; it was set in the wrong place [Scandinavia] and at the wrong time [pre-­Christian 4c/5c] to be a symbol of Englishness as perceived in the eighteenth and nineteenth centuries.

However, the virtual end of the British Empire in the twentieth century, Tolkien’s Lord of the Rings and the changing nature of society have reversed the relative popular standing of Beowulf and King Alfred. But watch this space; other readings of Alfred and his reign are possible and it may be time for a heroic make-­over of the ninth-­century wars of the Anglo-­Saxons with the Vikings.

Select Bibliography
R. Abels, Alfred the Great. War, Kingship and Culture in Anglo-­Saxon England (Harlow, 1988)
H. M. Chadwick, The Heroic Age (Cambridge, 1912)
A.J. Frantzen and J. D. Niles (eds), Anglo-­‐Saxonism and the Construction of Social Identity (Florida, 1997)
R. Horsman, Race and Manifest Destiny. The Origins of American Racial Anglo-­Saxonism (Cambridge M.A., 1981)
D. Horspool, Why Alfred Burned the Cakes. A King and his Eleven-­Hundred-­Year Afterlife (London, 2006)
S. Keynes, ‘The cult of King Alfred the Great’, Anglo-­Saxon England 28 (1999), 225-­356
C.A. Simmons, Reversing the Conquest. History and Myth in Nineteenth-­Century British Literature (New Brunswick, 1990)
T. A. Shippey and A Haarder, Beowulf: the Critical Heritage (London, 1998)
B. A. E. Yorke, ‘Alfredism: the use and abuse of King Alfred’s reputation in later centuries’, in Alfred the Great. Papers from the Eleventh-­Centenary Conferences, ed. T. Reuter (Aldershot, 2003), 361-­80

Quotations

  1. Alfred: ‘The Mildest, Wisest Most Beneficient of Kings who drove out the Danes, protected learning, established armies, crushed corruption, guarded liberty and was the founder of the English constitution’, accompanying a bust of King Alfred as one of the ‘British Worthies’ in Lord Cobham’s Landscape Gardens at Stowe (Bucks) 1734-­5.
  2. Stourhead Tower (Wilts) 1762, above a statue of Alfred: ‘Alfred the Great AD 879 on this summit erected his standard against the Danish invaders. To him we owe the origin of juries, the establishment of a militia, the creation of a naval force. Alfred the light of a benighted age, was a philosopher and a Christian; the father of his people, the founder of the English monarchy and liberty’.
  3. Now so much is Alfred the founder that every ship in our navy might have his name, every school his bust, every Guildhall his statue. He is everywhere. But he is invisible. But the people do not know him. The boys do not learn about him. We want a monument to Alfred, if only to make the people learn and remember the origin of our Empire, if only that his noble example may be kept before us, to stimulate and to inspire and to encourage’. Walter Besant, speech in the Guildhall, Winchester 1898, quoted in Alfred Bowker, The King Alfred Millenary. A Record of the Proceedings of the National Commemoration (London, 1902), pp. 8-­9.
  4. US General Rockwell; reply to the toast ‘The Anglo-­Saxon Race and the Memory of Alfred’ Winchester 1901 :’Other races have had the same impelling love of gain, but no other one has planted itself in so many of the waste places of the earth …it was because it has carried everywhere with it those principles of self-­‐reliance and individual freedom – inherent in the race – a birthright developed and strengthened during these thousand years …. Is it too much to say that the Anglo-­Saxons will be, if they are not already, the dominant race of the world?’, Bowker, Millenary, p. 120.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/03/2015

    […] Les résumés et les bibliographies des communications de la 1ère journée du séminaire “Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux” sont en ligne sur le carnet en ligne “RIM-Nor” (http://rim-nor.hypotheses.org/423). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *