À la découverte de l’exotisme septentrional : voyager dans le Nord du Moyen Âge au XXe siècle

À la découverte de l’exotisme septentrional : voyager dans le Nord du Moyen Âge au XXe siècle

 

            Les 5 et 6 octobre 2011, le Centre Franco-Norvégien en sciences sociales et humaines et le groupe de recherche Narrating the High North de l’université de Tromsø organisaient à Paris un colloque intitulé Travels in the North. L’objectif de cette réunion scientifique était de confronter sur la longue période, du Moyen Âge au XXe siècle, des historiens et des spécialistes de littérature travaillant sur les voyages dans le Nord. Les chercheurs, venus de plusieurs pays, étaient invités à présenter leurs réflexions sur les expériences des visiteurs d’un vaste ensemble septentrional allant de Terre-Neuve à la Baltique. L’idée était de mettre en évidence les différentes manières dont, à travers les siècles, les étrangers ont vécu et raconté leur rencontre avec les mondes septentrionaux ; ceux-ci, en dépit de la rigueur de leurs conditions naturelles et de leur situation périphérique, possèdent en effet une puissance attractive expliquant qu’ils aient fasciné nombre de ceux qui les ont parcourus.

            L’étude de la découverte des littoraux septentrionaux de l’Amérique par les Vikings à travers les sagas du Vínland (Terre-Neuve et Labrador) permet de souligner l’importance de la navigation dans la connaissance de cette partie du monde nordique. Frédérique Laget (Nantes) a montré que les voyages d’Erik le Rouge et de son fils, Leif Eriksson, étaient avant tout motivés par la quête de nouvelles terres. La fondation de communautés norroises a permis d’établir un réseau de relations étendu à tout l’Atlantique nord et à la mer du Nord. Cette première colonisation du Nord s’est finalement avérée éphémère. La faiblesse démographique des Vikings et l’hostilité des populations locales peuvent expliquer l’abandon des colonies scandinaves d’Amérique du Nord au XIe siècle. L’observation des hommes du Nord était au cœur de l’intervention de Stefan Donecker (Constance), qui étudiait le récit de voyage du frère Augustin zu Mörsberg und Beffort en 1592. Ce chevalier de l’ordre de Malte, qui a combattu les Ottomans en Méditerranée, entreprend un long périple en Scandinavie et en Écosse. Protégé par le roi de Suède Jean III, il s’interroge sur les rapports entre la qualité des monarques et le degré de civilisation des populations demeurant aux marges de leur royaume. La Laponie lui fournit un objet d’étude privilégié pour établir une opposition entre la civilisation incarnée par la monarchie suédoise et la barbarie de l’organisation sociale des Samis. Cette rencontre, entre ce qu’il considère comme la modernité en marche et l’archaïsme des habitants du Grand Nord, explique qu’il accorde du crédit à l’existence de phénomènes surnaturels, et qu’il soit persuadé de la puissance des sorciers samis. L’emprise satanique qui caractérise le Nord disparaît dans les récits de voyage du XVIIe siècle, même s’il est encore possible de trouver des évocations de la sorcellerie des Samis. Pour les voyageurs français des XVIIe et XVIIIe siècles, l’expérience du Nord est avant tout l’histoire d’une confrontation avec un milieu naturel placé sous le signe de l’hostilité. Après avoir envisagé les conditions matérielles du voyage dans le Nord, Eric Schnakenbourg (Nantes) a souligné que la plupart des visiteurs envisagent ce qu’ils voient de la Suède avant tout sous l’angle de la production agricole. Les forêts, les montagnes sont autant d’obstacles à la domestication du milieu naturel par une population clairsemée, mais bienveillante et hospitalière. Au cours de leurs déplacements vers le Nord, les voyageurs ont de plus en plus la sensation d’un passage vers un monde différent, dans lequel la rigueur des conditions naturelles prend le pas sur la maîtrise humaine de l’environnement.

            Le Nord est aussi le théâtre d’investigations scientifiques dont la plus connue est celle de Maupertuis dans les années 1730. Selon Päivi Maria Pihlaja (Helsinki), la région est un lieu d’expérimentation de théories physiques sur les effets de la latitude, en particulier le froid, et d’interrogations sur l’universalité de l’humanité. Les scientifiques cherchent dans le Nord des réponses à une série de questions qui agite alors les milieux savants français. Les expéditions dans le Grand Nord permettent d’élaborer des théories générales sur la nature, l’Homme et la société, mais aussi de les confronter avec une réalité qui diffère à bien des égards de celle de l’Europe occidentale. L’approche scientifique est aussi celle de l’évêque de Bergen Erik Pontoppidan, comme l’a montré Simone Ochsner Goldschmidt (Bâle). Il publie en 1752-1753 une Norges Naturlige Historie tirée des observations qu’il a pu faire à l’occasion de ses visites épiscopales dans son diocèse. À l’issue d’enquêtes conduites auprès des habitants, il élabore une classification du vivant au moyen de laquelle il cherche à vérifier les théories de son temps. Pontoppidan utilise le voyage comme un moyen de générer un savoir empirique et, de ce fait, fiable. Les déplacements de l’évêque en Norvège servent donc une recherche de la vérité scientifique, au sein d’une « histoire naturelle » qui est bien plus une description du monde qu’un récit historique. Le Grand Nord offre en effet un terrain d’observation privilégié pour certains phénomènes naturels qui attisent l’intérêt des scientifiques au XVIIIe siècle. Les aurores boréales (Aurora borealis) suscitent ainsi la curiosité de nombre de savants, non seulement scandinaves (Celsius), mais aussi italiens (Galilée), allemands (Leibniz ou Humboldt), français (Gassendi) et anglais (Boyle). Per Pippin Aspaas (Tromsø) a signalé que l’étude des aurores boréales soulève alors un double problème : l’interrogation sur la nature proprement nordique de ces phénomènes lumineux revient à inverser les rapports habituels de centre et de périphérie. L’Europe occidentale, habituellement considérée comme un « centre » de civilisation, deviendrait une périphérie de la zone boréale, dont la Scandinavie serait, au contraire, le centre. La démonstration de la concentration géographique des aurores boréales au nord de l’Europe amène un certain nombre de savants européens à se déplacer en Scandinavie pour observer le phénomène. Les manifestations de la nature ne sont toutefois pas les seules à susciter la curiosité : la fondation et le développement d’une ville comme Saint-Pétersbourg sont, pour les voyageurs du XVIIIe siècle, emblématiques d’un nouveau type de rapport de l’Homme à la nature nordique. Allan Sortkær (Aarhus) s’est penché sur la manière dont les visiteurs étrangers décrivent la capitale russe. La ville est pour eux l’objet d’un grand étonnement, car elle représente le tour de force de Pierre le Grand qui a pu faire émerger une cité moderne au milieu d’un désert. Elle est un « miracle humain », selon les termes du prêtre danois von Haven qui se rend sur place en 1743. Saint-Pétersbourg symbolise tout autant la maîtrise d’un milieu hostile par le génie des hommes, fût-il accompli au prix d’un coût humain et financier considérable. Cette réalisation témoigne aussi de la capacité à établir et à entretenir un ordre et à y intégrer des mouvements de population et des flux de marchandises. La réussite de Saint-Pétersbourg est d’autant plus remarquable que, pour les étrangers, l’espace de la ville tranche avec le reste de la Russie, caractérisé par le chaos et la confusion. La question de la maîtrise de la nature se pose également, mais en des termes radicalement différents, pour les baleiniers allemands qui se rendent au Groenland au XVIIIe siècle. Maike Schmidt (Kiel) a proposé une étude des récits de leur navigation, de leur pêche et de leur séjour dans les parages de la grande île, comme une entrée dans la réalité du Nord. Cette rencontre avec l’espace arctique est d’abord marquée par une confrontation avec un milieu naturel difficile, placé sous l’emprise de la glace, des tempêtes et du froid. Ce triptyque est la source de bien des dangers pour les baleiniers allemands, auxquels s’ajoutent ceux propres à leur activité. En effet, l’âpre combat avec la baleine ajoute des périls à ceux d’un milieu naturel déjà inhospitalier. Il l’est d’autant plus que pendant une bonne partie du XVIIIe siècle les habitants du Groenland, qu’on avait considérés au Moyen Âge comme des créatures extraordinaires, deviennent un objet étrange suscitant des jugements contrastés. Souvent présentés comme des cannibales dans les deux premiers tiers du XVIIIe siècle, leur perception se transforme finalement au point de se rapprocher de celle des « bons sauvages ». Cette évolution est emblématique des changements dans la perception générale du Groenland par les auteurs allemands qui, progressivement, se familiarisent avec cette région du Nord.

            L’intérêt général des savants d’Europe occidentale pour les contrées septentrionales se retrouve en France, comme le montre l’exemple de Xavier Marmier (1808-1892) étudié par Dominique Bourel (Paris). Grand voyageur, professeur de littérature étrangère à l’université de Rennes, conservateur à la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, Marmier participe également à la fondation d’une nouvelle discipline, la scandinavistique, alors considérée comme une sous-section des études germaniques. Ses voyages en Islande et en Scandinavie, rapportés dans plusieurs récits comme Deux émigrés en Suède (1849) et Lettres sur le Nord (1840), lui permettent de mieux faire connaître en France ces pays alors considérés comme fort lointains. Par son vif intérêt pour le nord de l’Europe et pour ses populations, il est un héritier de Maupertuis et de ses voyages en Laponie. Au tournant des XIXe et XXe siècles, l’Arctique ne perd rien de sa dimension mystérieuse et de son potentiel onirique. Silje Solheim Karlsen (Tromsø) en a apporté une illustration à travers son étude de l’ouvrage de Fridtjof Nansen Fram over Polhavet publié en 1897. Dans ce texte, le pionnier des expéditions arctiques met en scène sa propre aventure en construisant une figure héroïque masculine de l’explorateur du Grand Nord située entre romantisme et réalisme rationnel. En cela, son œuvre est fort différente de celle d’autres auteurs comme Amundsen et de son livre plus tardif Mitt liv som polarforsker (1927, traduit sous le titre My Life as an Explorer). Son texte se veut aussi bien un récit d’épreuves inspiré par la tradition norroise, que Nansen connaît bien, qu’une introspection soulignant la fragilité de l’individu en butte à un environnement hostile. La confrontation de l’homme avec le milieu arctique et son aptitude à surmonter les épreuves que la nature lui impose campent le vainqueur du Nord. Cette vision de l’explorateur marque durablement la littérature du voyage en Arctique. Elle crée également un discours littéraire propre à ce genre. Ainsi, en se fondant sur le concept de chronotope développé par Mikhaïl Bakhtine – l’exposition d’un temps et d’un lieu du récit étroitement interconnectés –, Silje Gaupseth (Tromsø) a proposé une étude du texte de l’explorateur canadien Vilhjalmur Stefansson The Friendly Arctic : The Study of Five Years in Polar Regions (1921). Elle y voit un autoportrait dont le matériau littéraire est constitué des découvertes de Stefansson elles-mêmes. The Friendly Arctic formerait dès lors un récit de nature odysséenne, où l’espace polaire vide et inconnu servirait de support à une souffrance donnant au narrateur l’étoffe d’un héros. Cette dimension héroïque des conquérants de l’Arctique se retrouve chez les étudiants britanniques des années 1920 et 1930 qui se rendent dans le Grand Nord. Peder Roberts (Strasbourg) a montré comment, pour ces jeunes gens, le voyage sous les hautes latitudes s’intègre à un processus éducatif, dans la grande tradition de la formation itinérante des enfants de l’élite britannique. Le propos se concentre surtout sur l’œuvre de Henry George ‘Gino’ Watkins qui fait figure de pionnier des explorateurs britanniques de l’Arctique. Ses voyages sont envisagés comme des révélateurs sociaux et culturels, par la mise à l’épreuve qu’ils constituent. Le miroir du monde arctique est un biais permettant aux visiteurs d’observer leur propre société et d’appliquer, mais aussi de mettre en question, les grilles d’analyse produites par l’éducation des meilleures écoles britanniques. Les regards paternalistes sur les Inuits, les réflexions sur le progrès, les considérations géopolitiques et économiques, ou encore l’implicite sexuel dans les évocations des relations avec les femmes autochtones, sont autant de marqueurs d’une éducation qui fondent le rapport à l’Arctique. Les expéditions polaires ne servent toutefois pas uniquement des aventures littéraires. Mary Katherine Jones (Tromsø) a ainsi fait ressortir de l’ombre la personne de Charles Rabot. Ce naturaliste et géographe français est le secrétaire de rédaction et le principal animateur de la revue La Géographie, de sa fondation, en 1900, à 1918. Rabot s’est pris de passion pour l’Arctique où il mène quatre expéditions dans les années 1880 et 1890. Il publie plusieurs articles sur cette région dans la revue qu’il dirige. Il s’intéresse tout particulièrement à l’archipel du Spitzberg, sorte de terra nullius septentrionale, qu’il entreprend de faire connaître en traduisant des rapports d’expéditions qui y ont été menées par des scientifiques suédois et norvégiens. Son activité contribue non seulement à intéresser les Scandinaves à l’Arctique, mais elle a aussi une résonance politique, car elle entretient les prétentions norvégiennes sur le Spitzberg. Les compétences de Rabot lui valent de participer en qualité d’expert aux discussions de paix de Paris en 1919. Il joue un rôle majeur dans la reconnaissance, l’année suivante, de la souveraineté norvégienne sur cet archipel, désormais appelé Svalbard. Le rôle joué par Rabot permet de souligner l’importance croissante des facteurs politiques, entendus au sens large, dans les relations entre la France et la Scandinavie. « Heureux Scandinaves », ce titre de l’ouvrage d’Émile Schreiber paru en 1937, illustre bien la représentation française de l’organisation sociale et politique des pays du Nord dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale. Peter Stadius (Helsinki) a démontré comment, dans le contexte de la grande crise de ces années-là, les pays scandinaves attirent l’attention de ceux qui cherchent à établir un autre modèle de société. Le socialisme septentrional, qui n’a rien de révolutionnaire, est considéré comme une manière équilibrée de pratiquer le libéralisme. L’observation des sociétés nordiques et de la vie politique qui les anime sont autant de sources d’inspiration pour les voyageurs étrangers, en particulier les Français. Ils y trouvent un modèle progressiste et équilibré dans lequel la concorde sociale est assurée par une prospérité qui semble partagée par tous. Aux yeux des étrangers, le révélateur de ce bien-être est l’absence de partis fascistes tels qu’on peut en trouver ailleurs en Europe. Les pays scandinaves connaissent ainsi une nouvelle déclinaison de l’utopie nordique marquée du sceau de la concorde et de l’harmonie.

            Les différentes communications ont montré, d’abord, la variété des interprétations possibles des récits de voyage au Nord. La nature même de ce type de source fait du Nord un objet reconstruit par le discours. Le verbe permet de caractériser les rigueurs climatiques, sans pour autant disqualifier la région. De ce point de vue, le colloque a bien mis en évidence le tournant du XVIIIe siècle, au cours duquel l’exploration scientifique prend progressivement le relais de récits spectaculaires des curiosités septentrionales. De manière générale, la splendeur des paysages nordiques et l’étonnement suscité par certains de leurs phénomènes naturels ou par leurs populations sont autant d’éléments à travers lesquels l’étranger saisit l’altérité du Nord. Cette sensation de distance explique que le Nord soit un sujet d’observations et d’expériences, tant individuelles que collectives, et qu’il puisse faire fonction de révélateur, positif ou négatif, de ce qui caractérise les sociétés d’origine de ceux qui tentent l’aventure septentrionale. À ce titre, il est une épreuve exotique dont la distance ne saurait se limiter à la seule mesure de la géographie. De l’ensemble des récits du Nord qui ont été étudiés ressort la pluralité de ce grand espace qui peut être tout autant un modèle, voire une utopie, qu’un repoussoir. Cette ambiguïté se retrouve indépendamment de l’époque considérée. Elle se nourrit des différentes identités des voyageurs, des régions qu’ils visitent et surtout des motifs de leur séjour. Autant de pistes de réflexions que la publication des actes, enrichis de contributions d’Elena Balzamo et d’Alessandra Grillo, prévue en 2012 devrait permettre de stimuler.

 

Frédérique Laget, CRHIA, université de Nantes

Eric Schnakenbourg, CRHIA, université de Nantes, IUF



Citer ce billet
Christine AUBRY (2011, 19 octobre). À la découverte de l’exotisme septentrional : voyager dans le Nord du Moyen Âge au XXe siècle. RIM-Nor. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqy6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search