La recherche sur le Nord, l’hiver et l’Arctique

Imaginaire | Nord

La recherche sur le Nord, l’hiver et l’Arctique
Le Groenland à la une du Devoir et dans Le Monde
L’Arctique à la Maison du Danemark
L’hiver, phénomène socio-culturel

 07591a5d427323a1d1575488fc807f213ffcb148
La littérature groenlandaise en français dans Le Monde et à la une du Devoir
9b17c2ab49b3631c4fc62253124200ca93b90ab2La traduction et la publication en français de trois oeuvres de fiction du Groenland dans la collection «Jardin de givre» a reçu un accueil enthousiaste, tant en France qu’au Québec.

Dans le journal Le Monde, Anne Pélouas parle de la publication de ces trois romans comme d’une révélation et d’une réparation envers les Groenlandais. Au sujet de Kelly Berthelsen, auteur de Je ferme les yeux pour couvrir l’obscurité, elle écrit: «Dans cette œuvre d’une grande noirceur, la désespérance est omniprésente et l’espoir d’une vie meilleure banni du quotidien des personnages, rongés par la haine, l’alcool ou les drogues, habités par la révolte et le désarroi mais aussi cyniques face à la politique et à l’avenir du Groenland.»

À la une du journal Le Devoir et de son cahier des Livres, Louis Cornellier évoque un «événement littéraire» rare, qui apporte une nouveauté dans la fiction de langue française: «Événement littéraire, donc, […] de ces trois livres significatifs de la littérature groenlandaise, dans un beau petit format et sous de très belles couvertures. Il n’est pas si fréquent de faire de vraies découvertes.»

Pour lire l’article d’Anne Pélouas dans Le Monde
Ou encore, pour lire cet article sur le site d’Anne Pélouas
Pour lire l’article de Louis Cornellier dans Le Devoir

L’Arctique à la Maison du Danemark
Lancement de littérature groenlandaise — le 20 mai
b375dca2092841f3e50b1a426ba3e971de0f2376Si la plupart des œuvres groenlandaises sont traduites en danois, très peu le sont dans d’autres langues.  La Maison du Danemark, à Paris, s’associe à la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique de l’Université du Québec à Montréal, ainsi qu’à la collection « Jardin de givre » pour lancer en français trois auteurs du Groenland : Augo Lynge, Kelly Berthelsen et Mathias Storch, le vendredi 20 mai à 19h à Paris.

La soirée commencera par une courte présentation de Daniel Chartier, directeur du projet, suivi d’une lecture de l’auteur groenlandais Kelly Berthelsen, suivie d’un spectacle du groupe Paroles Égales (Catherine Ego et Arturo Parra) inspiré des trois œuvres, puis lecture et séance de signature de Kelly Berthelsen.

« On dit que nous, les Groenlandais, nous avons eu beaucoup de chance d’avoir été colonisés par les Danois. On dit que nous n’avons qu’à regarder les autres colonisés. On dit que nous sommes beaucoup plus heureux qu’eux. Ce sont de telles paroles que, devenu adulte, j’entends souvent lorsque je commence à parler de notre identité groenlandaise. Mais j’ai aussi ma propre identité groenlandaise. »  (Kelly Berthelsen, Je ferme les yeux pour couvrir l’obscurité)

L’événement est gratuit et ouvert à tous. La Maison du Danemark est située au 142, avenue des Champs-Élysées, à Paris.

Pour renseignements sur la soirée de lancement du vendredi 20 mai
ou pour consulter l’événement Facebook de la Maison du Danemark

L’Arctique à la Maison du Danemark
Table ronde sur l’imaginaire de l’Arctique — le 19 mai
9305f0c27188a97edba53ff8d44970ceb9d8ffccLa Maison du Danemark organise une Table ronde sur l’imaginaire du Groenland et de l’Arctique le jeudi 19 mai à 19h à Paris.

La soirée commencera par la présentation des films Inupiluk (France, 2014, 32 min) et Le film que nous tournerons au Groenland (France, 2015, 32 min) de Sébastien Betbeder, suivie d’une discussion sur l’imaginaire du Groenland et de l’Arctique, animée par Daniel Chartier, titulaire de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique à l’Université du Québec à Montréal.

Participeront à cette Table ronde Jan Borm (professeur, Université de Versailles—Saint-Quentin-en-Yvelines), Gaëlle Reneteaud (postdoctorante, Université Paris-Sorbonne), Jean-Michel Huctin (maître de conferences, Université de Versailles—Saint-Quentin-en-Yvelines), Catherine Ego (traductrice), Inès Jorgensen (traductrice) et Patrick Evans (architecte et professeur, Université du Québec à Montréal).

L’événement est gratuit et ouvert à tous. La Maison du Danemark est située au 142, avenue des Champs-Élysées, à Paris.

Pour renseignements sur la Table ronde du jeudi 19 mai

ou pour consulter l’événement Facebook de la Maison du Danemark

Quartiers d’hiver. Ethnologie d’une saison
Réédition de Martin De la Soudière
cef40cdb469a7311cd0a4e2430f9bd8787ec1489Vous chercherez en vain dans ce livre une anthologie et encore moins une apologie des sports d’hiver, du patinage sur glace ou de l’alpinisme. Ce n’est pas de cette neige-là que Martin de La Soudière se « nourrit ». Ce livre entreprend un plaidoyer pour la « morte » ou « mauvaise » saison et tous ceux qui la subissent plutôt que d’en jouer : les ruraux des montagnes ne font l’actualité que lorsque leurs villages sont bloqués par la neige. C’est pourtant une saison comme une autre, qui a sa vie sociale, sa géographie, ses mots, ses gestes, ses « habits », ses indices et ses traces, sa symbolique.

En ethnologue des saisons, qui a fait de la pluie et du beau temps un de ses terrains privilégiés, mais aussi en curieux professionnel, obsessionnel du détail et collectionneur d’impressions, La Soudière nous invite à un voyage en hivernie. Journal d’enquête revisité (l’auteur revient sur ses pas inscrits dans les neiges des années 1970 dans le Massif central et sur le plateau ardéchois), approche lexicale des mots de l’hiver, précis de géographie climatologique et petite philosophie nourrie de littérature et de représentations, cet essai associe ethnographie et géographie, science et poésie. Éloge des lenteurs hivernales, ce petit livre du « goût de l’hiver » est l’oeuvre d’un auteur météophile à l’écriture vagabonde, amoureux des tourmentes, des « mois noirs » mais aussi des beautés de la neige et des brillances de la glace aux quatre coins du monde, auxquelles fait également référence Daniel Chartier, professeur à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique dans sa préface.

Pour plus de renseignements sur ce livre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *