Résumés des communications — « Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux » (5 février 2016)

Séminaire Représentations modernes et contemporaines des Nords médiévaux

1e journée : Université de Lille—SHS, 5 février 2016

Estelle Doudet
(Université de Grenobles-Alpes)

La principauté Valois de Bourgogne imaginaire des écrivains romantiques.
Autour de Walter Scott

 Deux romans historiques de Walter Scott peignant la principauté Valois de Bourgogne au XVe siècle, Quentin Durward (1823) et Anne de Geierstein (1829), ont reçu sur le continent un accueil enthousiaste. Pourtant le maître écossais pose sur les territoires ducaux un regard venu d’un autre Nord, qui les saisit à travers une nordicité commune mais aussi comme de possibles Suds. Or lecteurs et écrivains français reçoivent plutôt la principauté de Bourgogne comme un septentrion, la marge d’un centre situé en France. En outre, reprenant le tissage scottien entre le « sérieux » des sources historiques et le « tableau vivant et vrai » du romance, les auteurs romantiques français ont procédé, de 1830 à la fin des années 1850, à un ample travail de récriture, mêlant l’inspiration de Scott à la reprise entre eux de références, d’images, de motifs stylistiques. Cette circulation, articulant les écritures romanesques (Hugo, Dumas), historiques (Barante, Michelet) et dramatiques (Mély-Janin, Delavigne…), a transformé leur imagination de la Bourgogne – au sens de construction imagée de cet espace et de ce temps – en un imaginaire stable, nourri de lieux communs qui perdurent en partie jusqu’à aujourd’hui. Ce sont ces deux tensions – passage d’une nordicité à une septentrionalité, imagination devenant imaginaire – qu’interroge l’enquête.

Le premier moment de l’étude analyse la manière dont les images de la princpauté Valois de Bourgogne se sont créées et diffusées entre 1830 et 1860. Le dialogue romantique des styles romanesques et historiographiques a conduit à l’émergence de motifs rhétoriques attachés à l’évocation de la principauté, tels que la fête plantureuse, la kermesse vulgaire. Lorsqu’elle est narrative, l’écriture se veut picturale, émaillée de références à des peintres du XVIIe siècle comme Rubens ; mais lorsque la principauté est mise en scène dans les nombreux mélo­drames « bourguignons » de cette période, costumes et décors semblent plus médiévalisants que nordiques.

Le caractère nordique de la principauté bourguignonne, que les Français, à la différence de Walter Scott, assimilent toujours à des Flandres aux contours imprécis, est en effet problématique. La seconde partie de l’étude en rassemble les principaux traits. Ils sont placés sous le commun signe du contraste, de l’hétérogène, de la contradiction. Les paysages bourguignons, i. e. flamands, sont faits de rivières, d’eaux boueuses, placides et fertiles ; ils sont pourtant habités par des sociétés de feu, brûlant de la fièvre économique ou de l’ardeur de la révolte. Les peuples y sont un « discordant assemblage » (Michelet), babéliques, en constant combat les uns contre les autres. Les ruptures sociales de ce Nord reflètent les fractures historiques du XIXe siècle : une aristocratie flamboyante et mourante s’y oppose à des villes pré-industrielles et pré-révolutionnaires. Partageant la même opulence et le même orgueil, nobles et bourgeois de la principauté de Bourgogne forment une société primitive autant qu’annonciatrice du futur. Les ducs Valois, en particulier le démagogue Jean sans Peur et l’impérialiste Charles le Téméraire, cristallisent les mêmes paradoxaux, peints tour à tour comme des êtres primitifs et sauvages et comme des anticipations politiques du XIXe siècle. « Petite France », la principauté décentralisée peut donc être aussi une « anti-France ». Sous les plumes romantiques, ce Nord mal défini invite à complexifier les pliages entre le XVe et le XIXe siècle et à multiplier les effets spéculaires entre passé et avenir.

Corpus étudié
Walter Scott, Quentin Durward (1823), Anne de Geierstein (1829).
Romans historiques : Victor Hugo, Notre-Dame de Paris (1831), Alexandre Dumas, Isabel de Bavière (1836), Charles le Téméraire (1857).
Historiographie : Prosper de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne (1824-1826) ; Jules Michelet, Le Moyen Âge (tomes sur le XVe siècle, 1841-1844).
Théâtre : Mély-Janin, Louis XI à Péronne (1827), Casimir Delavigne, Louis XI (1832), Emile van der Burch, Le Sanglier des Ardennes (1854).

Citations
Introduction : fascination romantique du Moyen Âge et influence de Walter Scott
« Que faut-il lire ? » [demande le jeune Alexandre Dumas à un collègue]
– Ah ! dame ! c’est tout un monde: Joinville, Froissart, Monstrelet, Chastelain, Juvénal des Ursins, Montluc, Saulx-Tavannes, l’Estoile, le cardinal de Retz, Saint-Simon, Villars, madame de La Fayette, Richelieu… Que sais-je, moi ?
– Et il faut que je les lise ?
– Si vous voulez faire du roman, il faut non seulement que vous les lisiez, mais encore que vous les sachiez par cœur. » (Alexandre Dumas, Mes Mémoires, I, 589-590).

  1. De l’imagination à l’imaginaire : la principauté de Bourgogne romantique au croisement des écritures
  2. De l’histoire au roman et retour : croisements du document et de l’imagination

Romanciers qui allèguent des sources historiques
Scott : « De ces pièces nous avons pu extraire une relation très complète de l’entretien qu’en la présente occasion cet obscur favori eut avec Louis XI et qui projette sur la politique de ce prince une lumière que nous aurions autrement pu chercher en vain. » (Quentin Durward, chap. XII, p. 736).
Dumas : « Si l’on nous accusait de nous complaire à de pareils détails, nous répondrions que ce n’est ni notre goût ni notre faute, mais la faute de l’histoire. Une citation, prise dans les Ducs de Bourgogne de M. de Barante, prouvera peut-être que nous n’avons choisi ni les teintes les plus lugubres ni les tableaux les plus hideux de cette malheureuse époque. » (Isabel de Bavière, p. 305).

Historiens qui allèguent une forme d’écriture romanesque
Barante : « J’ai tenté de restituer à l’histoire l’attrait que le roman historique lui avait emprunté. Elle doit être avant tout exacte et sérieuse ; mais il m’a semblé qu’elle pouvait être en même temps vraie et vivante.
Il n’y a rien de si impartial que l’imagination : elle n’a nul besoin de conclure ; il lui suffit qu’un tableau de la vérité soit venu se retracer devant elle. » (Histoire des ducs de Bourgogne, introduction p. 16).

  1. Imaginer un Nord : constitution d’une rhétorique romantique de la Bourgogne

Une poétique assumée du collage
Dumas : « Avec mon aptitude déjà bien décidée au théâtre, je me mis à découper, à raconter et à dialoguer des scènes historiques tirées de l’Histoire des ducs de Bourgogne. Elles étaient empruntées à l’une des époques les plus dramatiques de la France. » (Mes Mémoires, op. cit)
Le motif du banquet bourguignon : les noces de Philippe le Bon en 1430
Barante : « Ce fut à Bruges, le 10 janvier 1430, que les noces se célébrèrent. […] les rues étaient tendues de ces beaux tapis de Flandre, tels qu’on en faisait nulle part de pareil. […] Les grands seigneurs et les puissants gentilshommes étaient en foule à ces cérémonies. Comme eux, les riches bourgeois de Bruges, qui commerçaient dans tout le monde, rivalisaient de luxe et de dépense. » (Histoire des ducs de Bourgogne, p. 339)
Michelet : « A Bruges surtout il y eut des galas inouïs, de fabuleuses réjouissances, des prodigalités insensées, à ruiner tous les seigneurs ; et les bourgeois les éclipsaient. » (Le Moyen Âge, p. 763)
Dumas : « Ce mariage fut l’occasion de galas inouïs, de fêtes gigantesques, de bombances folles. A Bruges, il y eut des prodigalités à ruiner un roi. » (Charles le Téméraire, p. 763)

  1. Une principauté en peinture: images d’un spectacle nordique ?

Des références picturales
Hugo : « Bonnes têtes flamandes après tout, figures dignes et sévères, de la famille de celles que Rembrandt a fait saillir si fortes et si graves sur le fond noir de sa Ronde de nuit. » (Notre-Dame de Paris, p. 37-38).
Michelet : « Tout le monde vit dans l’ordre nouveau [la Toison d’or] le triomphe de la beauté blonde, de la beauté jeune, florissante du Nord, en dépit des sombres beautés du Midi. » (Le Moyen Âge, p. 762).
Dumas : « La Toison d’or ! N’était-ce pas un hommage à ces cheveux blonds que les peintres flamands, depuis Van Eyck jusqu’à Rubens, font ruisseler sur les épaules des belles Flamandes ? n’était-ce pas le triomphe de la femme du Nord sur la femme du Midi ? la victoire du blond sur le noir ? » (Charles le Téméraire, p. 31-32).

Décors théâtraux sur la Bourgogne
Examen des décors de Pierre Ciceri et des costumes de De Faguet pour les Louix XI de Mély-Janin et Faguet en 1827 et en 1832

  1. La principauté imaginée : splendeurs et barbarie d’un miroir de la modernité
  2. Géographie du contraste : une terre d’eau et de feu

Paysages d’eau
Scott : « ses larges rivières au cours égal et fécondant, […] que n’interrompait ni rocher ni rapide. » (Quentin Durward, chap. 25, p. 899).
Michelet : « Qu’est-ce que les Pays-Bas, sinon les dernières alluvions, sables, boues et tourbières, par lesquelles les grands fleuves, ennuyés de leur trop long cours, meurent, comme de langueur, dans l’indifférent Océan ? » (Le Moyen Âge, p. 847).
Dumas : « La nature des Flandres est triste : c’est le Nord pluvieux, le Nord des brouillards, le Nord de la boue ; le Nord des glaces est un paradis près de celui-là. » (Charles le Téméraire, p. 40)

Princes et villes de feu
Dumas : « ce for intérieur, ce rempart d’acier et de chair, était un abîme où ne pouvait pénétrer l’œil des hommes, et où le volcan, en apparence endormi, rongeait ses propres entrailles, jusqu’à ce qu’il crût le moment favorable arrivé ; alors il débordait, sombre et grondant, et malheur à celui sur qui s’épanchait la lave dévorante de sa colère. » (portrait de Jean sans Peur, Isabel de Bavière, p. 13).
Scott : « le superbe déploiement des biens les plus riches et des armures les plus fastueuses […], les promenades où se pressaient des citoyens affairés […] le visage exprimant le sentiment d’une importance jalouse ou d’une animation fiévreuse. » (Quentin Durward, chap. 19, p. 822).

Nature et société du Nord flamand, union et discorde
Scott : « Elle [la lune] répandait ses rayons jaunes sur des pâturages, des bois et des champs de blé dont les cultivateurs récoltaient le grain à sa lumière, si industrieux étaient les Flamands même en cette période. » (Quentin Durward, début du chapitre 25, p. 899).
Michelet : « Chose étrange qu’en ces contrées uniformes et monotones, sur ces terres basses, vagues, où toute différence s’adoucit et se pacifie, où les fleuves languissants semblent s’oublier plutôt que de finir, que là, justement dans l’indistinction géographique, les oppositions sociales se prononcent si fortement. » (Le Moyen Âge, p. 873).
Dumas : « Chose étrange ! Terres uniformes : Liège et Luxembourg, Hollande et Flandre – caractères opposés. » (Charles le Téméraire, p. 72).

  1. « Le discordant assemblage » : des peuples entre opulence et violence

Babel : multiplicité des peuples et des langues
Michelet : « Ces rapprochements de population diverses, hostiles, sous une même dénomination, ne sont nulle part plus choquants que dans cet étrange empire de la maison de Bourgogne. » (Le Moyen Âge, p. 873)
Dumas : « Ainsi, dans les Etats du duc de Bourgogne, on parlait flamand, wallon, hollandais, allemand, français ; cinq langues et vingt dialectes peut-être, une Babel ! tout cela se détestant, se jalousant, se haïssant. » (Charles le Téméraire, chap. 4, p. 72).

Peuples et princes riches et orgueilleux
Scott : « Eblouis par l’aspect splendide du camp des Bourguignons, dans lequel, sous les murs de Dijon, Charles, le prince le plus riche d’Europe, avait déployé tout le luxe de son orgueil. » (Anne de Geierstein, chapitre 30, p. 349)
Scott : « De riches bourgeois, qui à l’instar de Yeshouroun jadis, étaient devenus gras et piaffaient, […] orgueilleux de cœur à cause de leurs richesses et de leurs privilèges. » (Quentin Durward, p. 789).

Vulgarité partagée : le motif de la kermesse
Michelet : « Sous ces formes chevaleresques, gauchement imitées des romans, l’histoire de la Flandre en ce temps n’en est pas moins comme une fougueuse kermesse, joyeuse et brutale. » (les noces de Philippe le Bon en 1430, Le Moyen Âge, p. 763).
Michelet : « On jouissait, non pas tant de la petite part que chacun prend en une fête, mais bien plus de l’abondance étalée, du superflu, du trop-plein. Ostentation sans doute, lourde pompe, sensualité barbare et par trop naïve. » (Les Vœux du Faisan en 1454, Le Moyen Âge, p. 865).
Hugo : « Le champ était désormais libre à toute folie. Il n’y avait plus que des Flamands et de la canaille. […] L’orgie devenait de plus en plus flamande. » (Notre-Dame de Paris, chap. 5, p. 49).

Une féodalité retardataire
Michelet : « Cette apparition de l’homme noir au banquet de la Toison d’or, qu’était-ce, sinon le memento mori d’une faible et fausse résurrection de la féodalité ? » (Le Moyen Âge, p. 878).

Une bourgeoisie révoltée
Michelet : « Mais il y avait une chose toute spéciale dans les soulèvements de ces villes du Nord, chose originale et terrible qui y était indigène, c’était l’ouvrier mystique, le lollard illuminé, le tisserand visionnaire, échappé des caves, effaré du jour, pâle et hâve, comme ivre de jeûne. » (Le Moyen Âge, p. 861).
Hugo : « “L’heure du peuple n’est pas venue chez vous.”

Louis XI le regarda avec son œil pénétrant.

“Et quand viendra cette heure, maître ?
— Vous l’entendrez sonner. […] Quand le beffroi bourdonnera, quand les canons gronderont, quand le donjon croulera à grand bruit, quand bourgeois et soldats hurleront et s’entre-tueront, c’est l’heure qui sonnera.”
Le visage de Louis XI devint sombre et rêveur. Il resta un moment silencieux, puis il frappa doucement de la main, comme on flatte une croupe de destrier, l’épaisse muraille du donjon. « Oh ! que non ! dit-il. N’est-ce pas que tu ne crouleras pas si aisément, ma bonne Bastille ? (Notre-Dame de Paris, p. 449)
Michelet : « Dans cette mort du XVe siècle, lui [Philippe de Bourgogne] gouvernait des vivants. Quoi de plus beau que la vie, mais quoi de plus inquiet, de plus difficile à régler ? Une vie puissante bouillonnait dans les Flandres. » (Le Moyen Âge, p. 846).

  1. Démagogie et impérialisme : le miroir politique des ducs de Bourgogne

Princes violents et contradictoires
Scott : « Ce mélange extraordinaire avait quelque ressemblance avec le caractère du duc, qui joignait la cruauté à la justice, la magnanimité à la bassesse, l’économie à la prodigalité, et la libéralité à l’avarice. » (Anne de Geierstein, p. 351).
Dumas : « C’était une de ces organisations où le sang domine, où les instincts carnassiers l’emportent sur les instincts sociaux et où le front déprimé laisse à la région de l’occiput toutes les proéminences cérébrales. » (Charles le Téméraire, p. 48).

Princes étrangers en leurs pays eux-mêmes
Dumas : « Philippe le Hardi, un Français, était duc de Bourgogne, ce qui était bien, la Bourgogne étant terre française ; mais un Français comte de Flandre ! duc de Luxembourg ! palatin de Hollande ! » (Charles le Téméraire, chap. 4, p. 72).
Michelet : « Le bizarre mélange anglo-portugais, qu’il tenait du côté maternel, apparaissait en lui de plus en plus : sur le sombre fond anglais, qui toujours devenait plus sombre, perçait à chaque instant par éclairs la violence du Midi. » (Le Moyen Âge, p. 1000).

Princes de l’anti-France : décentralisation et impérialisme
Dumas : « Lui [Louis XI] se disait que Paris, c’était la France ; il en devinait l’importance future ; il avait entrevu la centralisation moderne. » (Charles le Téméraire, p. 170).
Michelet : « Ce sera toujours la guerre de la France aînée, de la grande France homogène contre la France cadette, mêlée d’Allemagne. » (Le Moyen Âge, p. 876).

Conclusion
« Toute l’histoire de la Maison de Bourgogne est un poème d’orgueil héroïque : l’acte de bravoure chevaleresque qui donna naissance à la fortune de Philippe le Hardi, l’envie amère de Jean sans Peur, et le désir de représailles qui suivirent sa mort, l’amour du faste de cet autre Magnifique, Philippe le Bon et, enfin, la folle témérité et l’obstination du Téméraire. Leurs pays étaient les plus féconds de l’Occident : la Bourgogne, lourde de vins et de force, la colérique Picardie, les Flandres riches et gourmandes. Ce sont ces pays mêmes où se déploie la splendeur de la peinture, de la sculpture, de la musique, où les plus âpres vengeances et la plus violente barbarie se donnent libre carrière chez les nobles et les bourgeois. » (Johan Huizinga, L’Automne du Moyen Âge, p. 31)

Bibliographie indicative

Œuvres du XIXe siècle

  • Barante, Prosper de, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois 1364-1477, Paris, Ladvocat, 1824-1826, 13 vols, Didier et Cie, 1860, 8 vols. (rééd. par extraits, Robert Laffont, « Les Grands moments de l’histoire », t. 8, 1969).
  • Delavigne, Casimir, Louis XI à Péronne, Paris, 1832.
  • Dumas, Alexandre, Isabel de Bavière, Montréal, Le Joyeux Roger, 2010 (en ligne)
  • Dumas, Alexandre, Charles le Téméraire, Montréal, Le Joyeux Roger, 2010 (en ligne)
  • Hugo, Victor, Notre-Dame de Paris, éd. Jacques Seebacher et Yves Gohin, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1999 (1ère éd. 1975)
  • Mély-Janin, Louis XI à Péronne, Bruxelles, H. Ode, 1827
  • Michelet, Jules, Le Moyen Âge, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1981.
  • Scott, Walter, Quentin Durward, trad. Philippe Jaudel, présentation Pierre Morère, dans Ivanhoé et autres romans, dir. Silvère Monod et Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, « Pléiade », 2007, p. 549-1074.
  • Scott, Walter, Anne de Geierstein, traduit sous le titre Charles le Téméraire par Jean-Baptiste Defauconpret, Œuvres de Walter Scott, t. 23, Paris, 1839.
  • Van der Burch, Emile, Le Sanglier des Ardennes, mélodrame nouveau en 5 actes représenté avec le plus grand succès sur le théâtre de la Gaîté le 29 juillet 1854. Avec la Chanson des marcassins, Paris, 1854.

Quelques travaux

  • Amalvi, Christian, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.
  • Arrous, Michel (dir.), Dumas, une lecture de l’histoire, Maisonneuve et Larose, 2003.
  • Bernard-Griffith Simone, Glaudes Pierre, Vibert Bertrand (dir.), La Fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Champion, 2006.
  • Denis, Antoine, Amable-Guillaume-Prosper Brugière, baron de Barante (1782-1866), homme politique, diplomate et historien, Paris, Champion, 2000.
  • Durand-Le Guern, Isabelle, Le Moyen Âge des Romantiques, Rennes, PUR, 2001
  • Huizinga, Johan, L’Automne du Moyen Âge, trad. J. Bastin, Paris, Payot, 1975 (1ère éd. 1919)
  • McIntosh, Fiona, La Vraisemblance narrative, Walter Scott, Barbey d’Aurevilly, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002.
  • Louis XI, une figure controversée, Bien Dire et Bien Aprandre, revue médiévistique, n°27, éd. Marie-Madeleine Castellani-Fiona McIntosh-Varjabédian, actes du colloque international, ALITHILA, Lille 3, 4-6 octobre 2007, Centre d’Etudes Médiévales et Dialectales, 2010.
  • Wild, Nicole (dir.), Décors et costumes du XIXe siècle, Paris, 2010, t. II.

—————————————–

Vincent Ferré
(Université Paris Est Créteil Val-de-Marne)

Transposition de l’héritage poétique nordique et enjeux politiques
dans l’œuvre de J. R. R. Tolkien (La Légende de Sigurd et Gudrún, 2009)

L’un des derniers ouvrages en date de J.R.R. Tolkien, The Legend of Sigurd and Gudrún – publié par Christopher Tolkien en 2009, paru en français en 2010 – se présente comme un montage de deux poèmes écrits au tournant des années 1920-1930, Le Nouveau lai des Völsung et Le Nouveau Lai de Gudrún, et de textes de conférences ou notes destinées à des cours, portant sur les sources littéraires de ces réécritures poétiques – en l’occurrence les Eddas et la Volsunga Saga (XIIIe s.).

Les deux poèmes inspirés des légendes nordiques reprennent d’une part une matière,  à savoir l’histoire des Völsung et des Niflung, dans leur version nordique (norroise), plus authentique aux yeux de Tolkien que les Nibelungen, ultérieurs ; d’autre part, ces poèmes transposent des mètres nordiques anciens en anglais moderne, en en perpétuant ainsi la mémoire. J.R.R. Tolkien, philologue et médiéviste, à Leeds puis Oxford pendant trente-cinq années, apparaît donc ici comme commentateur d’œuvres médiévales qu’il réécrit en anglais moderne, ses conférences permettant de comprendre ce qui, dans les textes nordiques, intéresse le Tolkien critique et passe dans sa pratique littéraire, non de manière indirecte (comme dans un récit tel que The Children of Húrin, qui transpose plusieurs situations et personnages empruntés aux Eddas), mais de manière directe, par la réécriture et la transposition poétiques.

Mon intervention s’est concentrée sur le mouvement de double translation (du norrois à l’anglais, de l’anglais au français) manifeste dans l’œuvre de Tolkien et dans sa traduction française, en particulier sur les choix de la traductrice française, Christine Laferrière, qui a opté dans La Légende de Sigurd et Gudrún (2010) pour un lexique dont l’apparition est antérieure à 1800 et pour une forme poétique tous deux destinés à respecter les caractéristiques principales du texte en anglais moderne, tout en respectant, à l’arrière-plan, la trace des textes nor­diques, en particulier la concision. Mais un enjeu politique apparait en filigrane, en l’occurrence le refus manifeste chez Tolkien de voir cet héritage commun aux peuples européens confisqué par la propagande nazie.

Cette intervention, suivant de peu la parution en français de l’ouvrage Beowulf. Traduction & commentaire de J.R.R. Tolkien (dans une édition de Christopher Tolkien) traduit également par Christine Laferrière, s’appuie aussi sur des réflexions liées au travail de traduction et d’édition mené sur les textes de Tolkien depuis une quinzaine d’années pour ses éditeurs français, Christian et Dominique Bourgois.

Bibliographie sélective

  • J.R.R. Tolkien, The Legend of Sigurd and Gudrún, éd. de Christopher Tolkien, Londres: HarperCollins Publishers, 2009 ; trad. fr. : La Légende de Sigurd et Gudrún, éd. de Christopher Tolkien, trad. Christine Laferrière, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2010.
  • J.R.R. Tolkien, The Homecoming of Beorhtnoth (1953), in Tree and Leaf, Londres, HarperCollins Publishers, 2001 ; trad. fr. Le Retour de Beorhtnoth, in Faëries et autres textes, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2003
  • J.R.R. Tolkien, The Monsters and the Critics, éd. de Christopher Tolkien, Londres, HarperCollins Publishers, 1983 ; trad. fr. Les Monstres et les critiques, éd. de Christopher Tolkien, trad. Christine Laferrière, Christian Bourgois éditeur, 2006

—————————————–

Chris Jones
(University of St Andrews)

The Medieval North in Modern Poetry:
Old English in Ezra Pound, W. H. Auden and Seamus Heaney

For several centuries Old English (or Anglo-Saxon) poetry was unread by successive generations of English language poets, but by the nineteenth century a process of recovery and recuperation was underway. During the twentieth century Old English became part of the university curriculum in English Language and Literature departments across the English-speaking world and Ezra Pound seems to have been the first poet of significant influence to be taught Old English in this way (at Hamilton College, New York from 1904-1905). Later W. H. Auden would study the subject at Oxford under Professor Tolkien in the late 1920s, and Seamus Heaney learned Old English at Queen’s University of Belfast during the late 1950s.

This seminar paper considers the results of these three poets’ educational encounters with Old English as manifest in their own poetry. It starts with Ezra Pound’s notorious translation of The Seafarer, examining how Pound adopted and adapted Old English poetic technique in order to make new English prosody in the light of its putative origins. Pound saw in The Seafarer ‘the English national chemical’, an expression of what he elsewhere called ‘the might of the North’. Auden further refined Pound’s metrical experiments with Old English in poems such as The Age of Anxiety, a record of twentieth-century heroic materials. Yet through the allusions to what he termed ‘the barbaric poetry of the North’ in his poem ‘The Wanderer’, Auden also deployed Old English as a mask behind which he rehearsed the anxieties of coming out as a gay man in 1930s England. Finally, the paper turns to Seamus Heaney’s use of Old English at two different stages of his long career. His 1975 volume North deploys images of the ‘bog bodies’ killed in Iron Age Denmark, and of Viking incursions into Ireland during the eighth century, in order to comment obliquely on the political violence of ‘The Troubles’ in contemporary Ulster. This imagery of medieval Scandinavia is conflated with linguistic and literary allusion to Old English, in poems such as ‘Bone Dreams’, which is built around the Old English kenning for body: banhus, and the title poem ‘North’, which alludes to the dragon’s barrow in Beowulf. Towards the end of his career, and after the publication of his much fêted translation of Beowulf, Heaney again alluded to Old English in order to comment on contemporary political violence, when he deployed Beowulf and The Battle of Maldon in ‘The Helmet’, a poem which addressed the heroic but doomed sacrifice of New York firemen in the World Trade Center on 9/11.

In conclusion, the paper aims to survey the different range of responses to, and uses of, Old English and its collocation with ‘the medieval North’ in twentieth-century English language poetry, and to demonstrate the continuing presence and image of Old English within modern poetry, a fact that was not true much before the twentieth century, and not evident in scholarship until comparatively recently.

Select Bibliography

Primary Sources

  • Auden, W. H. Collected Poems. Ed. Edward Mendelson. 2nd ed. London: Faber, 1991.
  • Heaney, Seamus. North. London: Faber, 1999.
  • Heaney, Seamus. Trans. Beowulf. London: Faber, 1999.
  • Heaney, Seamus. District and Circle. London: Faber, 2006.
  • Pound. Ezra. Collected and Shorter Poems. 2nd. ed. London: Faber, 1968.

Secondary Sources

  • Bloomfield, Morton. ‘ “Doom is Dark and Deeper than any Sea-Dingle”: W. H. Auden and Sawles Warde’. Modern Language Notes 63 (1948): 548-52.
  • Donoghue, Daniel. ‘The Philologer Poet: Seamus Heaney and the Translation of Beowulf’. The Harvard Review 19 (2000): 12-21.
  • Gruber, Loren C.‘ “So.” So What? It’s a Culture War. That’s Hwæt! Seamus Heaney’s Verse
  • Howe, Nicholas. ‘Praise and Lament: The Afterlife of Old English Poetry in Auden, Hill and Gunn’. Words and Works: Studies in Medieval English Language and Literature in Honour of Fred C. Robinson. Eds. Peter S. Baker and Nicholas Howe. Toronto: University of Toronto Press, 1998. 293-310.
  • Jones, Chris. ‘ “One a Bird Bore Off”: Anglo-Saxon and the Elegiac in The Cantos’. Paideuma 30 (2001): 91-8.
  • Jones, Chris. ‘W. H. Auden and “The ‘Barbaric’ Poetry of the North”: Unchaining One’s Daimon. Review of English Studies 53 (2002): 167-85
  • Jones, Chris Jones. ‘ “One Can Emend a Mutilated Text”: Auden’s The Orators and the Old English Exeter Book. TEXT 15 (2002): 261-75.
  • Jones, Chris. Strange Likeness: the use of Old English in twentieth-century Poetry. Oxford: Oxford University Press, 2006.
  • Jones, Chris. ‘From Heorot to Hollywood: reading Beowulf in its third millennium’, in David Clark and Nicholas Perkins, eds., Anglo-Saxon and the Modern Imagination (Cambridge: Brewer, 2010), pp. 13-29.
  • Jones, Chris. ‘New Old English: The Place of Old English in Twentieth- and Twenty-first-century Poetry’, Literature Compass, 7 (2010), 109-119.
  • Jones, Chris. ‘Earlier English Influences’, in Anthony Sharpe, ed., W. H. Auden in Context (Cambridge: Cambridge University Press, 2013), pp. 257-65.
  • Magennis, Hugh. Translating Beowulf. Cambridge: D. S. Brewer, 2011. Forthcoming.
  • McCarthy, Conor. Seamus Heaney and Medieval Poetry. Cambridge: D. S. Brewer, 2008.
  • McGuire, Thomas. ‘Violence and Vernacular in Seamus Heaney’s Beowulf. New Hibernia Review / Iris Éireannach Nua 10 (2006): 79-99.
  • O’Donoghue, Heather. ‘Heaney, Beowulf, and the Medieval Literature of the North’. The Cambridge Companion to Seamus Heaney. Ed. Bernard O’Donoghue. Cambridge: Cambridge University Press, 2009. 192-205.
  • Phelpstead, Carl. ‘Auden and the Inklings: An Alliterative Revival’. Journal of English and Germanic Philology 103 (2004): 433-57.
  • Phillips, Helen. ‘Seamus Heaney’s Beowulf’. The Art of Seamus Heaney. Ed. Tony Curtis. Bridgend: Seren, 2001, 263-85.
  • Robinson, Fred C. ‘ “The Might of the North”: Pound’s Anglo-Saxon Studies and “The Seafarer”’. Yale Review 71 (1982): 199-224.
  • Robinson, Fred C. ‘The Afterlife of Old English’. The Tomb of Beowulf and Other Essays on Old English. Oxford: Blackwell, 1993. 275-303.
  • Szarmach, Paul E. ‘ “Anthem”: Auden’s Caedmon’s Hymn’. Medievalism in the Modern World: Essays in Honour of Leslie J. Workman. Eds. Richard Utz and Tom Shippey. Turnhout: Brepols, 1998. 329-40.
  • Toswell, M. J. ‘Auden and Anglo-Saxon’. Medieval English Studies Newsletter 37 (1997): 21-8.

—————————————–

Simon Trafford
(Institute of Historical Research, University of London)

‘Runar munt þu finna’: rock and pop songs in Old Norse

With their well-established popular image as hell-raising antiheroic mavericks, the Vikings have long held a special appeal for rock musicians. As portrayed in film, novels and popular history, the Vikings are the quintessential barbarians: dangerous ruffians with a hearty taste for excitement and adventure, a profound hatred for Christianity and prodigious appetites for food, drink, women and wealth. These traits correspond closely with the romanticised image that many rock stars have traditionally held of themselves, and it comes as no surprise that bands from Led Zeppelin in the early 1970s onwards have enthusiastically taken up the Vikings as subject matter and inspiration. Heavy metal bands in particular have come to see them as spiritual brothers; indeed, a new sub-genre of so-called ‘Viking metal’ emerged in the late 1980s and early 1990s which saw the existing interest grow into a full-blown obsession, with bands dedicating their entire output to the early medieval north and moulding their whole image to the purpose of evoking it.

Although the Viking metal subculture became popular around the world in the 1990s and early twenty-first century, it originated in Scandinavia itself and that remains its undisputed centre. It has strong patriotic or nationalist overtones: performers frequently express a pride in their Scandinavian heritage, which links them to the heroic primordial Viking golden age. As such, it might legitimately be seen at least in part as a response to growing challenges to Scandinavian and European identities: most obviously the impact of globalisation and mass migration, but also the erosion of distinctive Scandinavian social democracy and the diminishing significance of Europe as a whole on the world stage. Equally clearly, however, it is also an exercise in escapism into a stirring – if largely imaginary – world that seems more colourful, more exciting and less constrained than the present.

Viking metal bands express their interest in the old North in a number of ways: the most basic approach is to write songs that describe the familiar Viking behaviours of sailing, fighting or raiding, or which revolve around the gods and legends of Norse paganism, but most bands also adopt other devices besides this. Many exploit the familiar visual signifiers associated with the Vikings: longships, Norse art styles and archaeological artefacts adorn album covers and publicity materials, whilst band personnel dress in armour and helmets or in (allegedly) Viking-style clothing; they are happy to be photographed brandishing axes against appropriately epic backdrops of forests, mountains or the ocean. Some performers try to make their music appropriately medieval, generally by adopting folk melodies or by deploying traditional acoustic instruments. Perhaps the most extreme approach of all, however, is to adopt the Vikings’ own language and sing in Old Norse (ON). This, however, brings considerable problems with it: ON is, for most Europeans – and even for most Scandinavians – a dead and incomprehensible language; only Icelanders and Faeroe Islanders can read or understand it with relative ease. Lyrics, though, have always been amongst the primary appeals of pop songs; the commercial disadvantage of rendering their meaning completely obscure to the vast majority of potential listeners are very obvious. Perhaps for this very reason, only relatively few bands are prepared to take this step, and they tend to have smaller and more select audiences than their peers who sing in English, the lingua franca of global pop.

Despite – or because of – its lack of commercial viability, however, singing in Old Norse has a number of benefits and uses for those who do it. The very ‘difficulty’ of ON is key to its appeal; using an obscure language is a direct challenge to the flattened, homogenised and simplistic character of globalised mass culture. It is a rejection of the mainstream and of general popular acceptance that can bring enormous sub-cultural capital within the deliberately elitist, arcane and uncommercial extreme metal scene. For early participants in the scene, use of ON was a way of distinguishing themselves from their peers in a crowded field: the Norwegian band Enslaved, for instance, were the first Viking metal band to record a song in ON, for their first album Vikingligr Veldi in 1994; three other songs on the album were in modern Icelandic, explicitly chosen because of its resemblance to ON. The practice can also serve as a kind of guarantee of authenticity: the overwhelming majority of the Faeroese band Tŷr’s songs are in English (presumably with a mind to the commercial realities of the international market), but on each album they release, a couple of songs are adapted from traditional Faeroese folk songs, with lyrics in their native Faeroese, a language that is sufficiently similar to ON that the band are able to claim a direct and unbroken continuity with the middle ages, if not the Viking age itself. For some bands, though, the almost numinous inaccessibility of Old Norse means that it becomes the principal component of their appeal and so the majority of the songs that they sing use the language; this is very much the case with the ambient folk project Wardruna (the success of the strategy is perhaps demonstrated by the fact that Wardruna were selected to provide music for the History Channel tv series The Vikings). It should be noted that not all of the bands that use Old Norse in their songs are themselves Scandinavian: several bands from the German ‘mittelalter musik’ scene, such as Corvus Corax and Faun, have also flirted with the language, but these are performers who sing in a wide variety of other ancient and dead languages, including Latin and various medieval forms of French, German and other tongues; ON is just one amongst many and does not have the special connotations it does for Scandinavian performers.

In conclusion, the appearance of Old Norse in the lyrics of popular music is almost entirely a phenomenon of the last 20 years. Although it has always been a practice only of a small minority of performers, it is nonetheless of interest for the light it throws upon tactics for negotiating Scandinavian identity in a globalising world with reference both to linguistic nationalism and to contemporary popular cultural production.

Bibliography

  • Helden, I. von ‘Scandinavian metal attack: the power of northern Europe in extreme metal’, in R. Hill and K. Spracklen (eds), Heavy Fundamelaisms: Music, Metal and Politics (Oxford, 2009), 33-42 (available at: http://www.inter-disciplinary.net/publishing/id-press/ebooks/heavy-fundametalisms/)
  • Helden, I. von ‘Barbarians and literature: viking metal and its links to Old Norse mythology’, in N.W.R. Scott and I. von Helden (eds), The Metal Void: First Gatherings (Oxford 2010)(available online at: http://www.inter-disciplinary.net/publishing/id-press/ebooks/the-metal-void/)
  • Hoad, C. ‘ “Hold the heathen hammer high”: Viking metal from the local to the global’, International Association for the Study of Popular Music Australia-New Zealand Conference (5 – 7 December 2012 : Hobart)
  • Kahn-Harris, K. Extreme Metal (Berg: Oxford, 2007)
  • Mulvany, A.P. “Reawakening pride once lost”: indigeneity and European folk metal (unpublished MA thesis, Wesleyan University, 2000) (available online at: http://wesscholar.wesleyan.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1010&context=etd_mas_theses)
  • Piotrowska, A.G. « Scandinavian Heavy Metal as an Intertextual Play with Norse Mythology. » In S.A. Wilson (ed.), Music at the Extremes: Essays on Sounds Outside the Mainstream (McFarland: Jefferson, N Carolina, 2015), 101-114
  • Spracklen, K. ‘“To Holmgard and beyond”: folk metal fantasies and hegemonic white masculinities’, in Metal Music Studies 1(3), 359-377 (2015?)
  • Trafford, S. and Pluskowski, A. ‘Antichrist superstars: the vikings in hard rock and heavy metal’, in D. Marshall (ed.), Mass Market Medieval: Essays on the Middle Ages in Popular Culture (McFarland: Jefferson, NC, 2007), 57-73
  • Trafford, S. ‘Blood, Fire, Death: Bathory and the birth of viking metal’ in M. Goodall (ed.), Gathering of the Tribes: Music and Heavy Conscious Creation (Headpress: London, 2013), 302-308
  • Weinstein, D. ‘Pagan metal’, in D. Weston and A. Bennett (eds.), Pop Pagans: Paganism and Popular Music (Studies in Contemporary and Historical Paganism)(Routledge: London, 2013)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *