Résumés des communications — « Représentations modernes et contemporaines des Nord médiévaux » (29 mai 2015)

drakkar-gd3e journée – Bruxelles, vendredi 29 mai 2015 – Université Libre de Bruxelles

pdf  –  – Alain Dierkens (Université Libre de Bruxelles) – “Vos cimetières francs ne sont pas des cimetières francs”. Les origines de la frontière linguistique vues par les historiens, les anthropologues, les archéologues et les toponymistes dans la Belgique de la fin du XIXe siècle


pdf  – PDFAgnès Graceffa (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) – Le Nord, lieu de la barbarie ou de la civilisation ? Retour sur les mythes historiographiques modernes

L’historiographie consacrée au haut Moyen Âge présente deux discours opposés au sujet du Nord, l’un négatif et d’autre positif :

•    Le premier décrit le Nord comme le lieu de la barbarie, une terre au climat hostile, froid, emplie de forets sombres et de marais, et habitée par des peuples sauvages, primitifs. Face à celui-­ci s’oppose un Sud au climat doux, propre au développement des villes et de leur civilisation, d’une langue et d’une culture évoluée, de l’administration, de la littérature et de la philosophie.

•    Le second dépeint au contraire le Nord comme la terre de peuples aux caractères physiques et psychologiques particuliers, innocents ou supérieurs : des   populations   de   grande   taille,   bien   bâtis,   blonds,   aux   yeux   bleus, courageux, fiers, âpres au combat. Et ces hommes du nord auraient développés des civilisations particulières quoique primitives, dans lesquelles règneraient à la fois l’esprit de la liberté individuelle et le souci de la communauté, ainsi qu’une égalité tant politique que sexuelle entre ses membres. En opposition à ce Nord de haute moralité, les civilisations du sud seraient composées d’hommes petits, bruns, trapus, colériques, envieux, toujours tentées par l’anarchie et propres à subir la servitude dans des gouvernements tendant au despotisme.

Cette double conception transcende l’historiographie européenne et ne peut seulement s’expliquer par une évolution historique de ces discours qui auraient privilégié l’une puis l’autre de ces approches. Il semble par contre possible de distinguer des filiations et d’en comprendre les présupposés. Leur analyse s’appuie sur celle proposée par Pierre Bourdieu en 1980 (article cité en bibliographie). Il y explique ainsi son usage du terme de mythologie :
« La théorie des climats est en effet un remarquable paradigme de la mythologie « scientifique », discours fondé dans la croyance (ou le préjugé) qui louche vers la science et qui se caractérise donc par la coexistence de deux principes entremêlés de cohérence : une cohérence proclamée, d’allure scientifique, qui s’affirme par la multiplication des signes extérieurs de la scientificité, et une cohérence cachée, mythique dans son principe.

Ce discours à double jeu et à double entente doit, et son existence, et son efficacité sociale, au fait que, à l’âge de la science, la pulsion inconsciente qui porte à donner à un problème socialement important une réponse unitaire et totale, à la façon du mythe ou de la religion, ne peut se satisfaire qu’en empruntant les modes de pensées ou d’expression qui sont ceux de la science ».
Les   mythologies   historiographiques   concernant   le   Nord   se   composent effectivement d’une « superposition de deux principes de cohérence : la cohérence apparente de la rhétorique de la scientificité (fondée en partie sur l’emprunt à des sciences plus avancées) et la cohérence profonde de la logique mythique. La mythologie «scientifique» ainsi produite présente, sous une forme méconnaissable, un complexe de fantasmes   sexuels   et   sociaux   (autour   des   binômes   Nord/Midi,   froid/chaud, tendu/relâché, etc.) ». La confrontation de ces discours divers met en évidence le fait que, s’ils sont construits de manière identique, ils n’en défendent pas moins des points de vue parfois tout à fait opposés : ainsi Augustin Thierry, dans les Récits des Temps mérovingiens, dote les Barbares francs de nombres des traits de caractères négatifs relatifs, selon Montesquieu, aux peuples du midi : la faiblesse, la lâcheté, le désir de vengeance, la jalousie, la passivité physique et la paresse intellectuelle, la polygamie, la servitude et le despotisme.

Des représentations contraires du Nord existent déjà dans les discours historiographiques tardo-­antiques (Sidoine Apollinaire, Lettre au sénateur Catullinus) et médiévaux (Liutprand de Crémone, Relatio de legatione Constantinopolitana). L’étude lexicographique du terme « barbare », du Moyen Âge au XIXe siècle, montre d’ailleurs une évolution significative de son emploi, notamment de la localisation géographique des populations qu’il désigne. Il semble ainsi possible de distinguer, respectivement pour le mythe nordique et pour le mythe méridional, des atouts rivaux, évolutifs. Ils favorisent tour à tour la valorisation de l’un ou de l’autre. C’est notamment, pour le Nord, le déplacement septentrional du centre de gravité de la civilisation européenne médiévale, puis l’impact de la révolution copernicienne et des Grandes Découvertes qui modifie totalement la conception de la géographie terrestre ; pour le Sud, l’admiration pour l’Antiquité classique et de l’Italie d’une part, la place de Jérusalem, berceau du christianisme, de l’autre. Durant l’époque classique, des éléments nouveaux permettent une mutation de ce rapport de force des mythes Nord-­Sud. Parmi ceux-­ci, la redécouverte du texte de la Germania de Tacite offre une légitimité historique conséquente au mythe septentrional. Á sa suite, la thèse de la parenté gallo-­franque (Guillaume Postel, François Hotman), puis la théorie des climats, formulée par l’abbé Du Bos puis par Montesquieu, enfin celle du génie des peuples, défendue par Voltaire, apparaissent comme autant de manières de repenser les représentations du Nord et du Sud. Inspirée surtout par la seconde, l’historiographie européenne du XVIIIe siècle dote les hommes du Nord d’une série de qualités politiques, sociales et morales (liberté, égalité entre les libres, sens de la communauté et du bien commun, courage, don de soi…). Elles fondent la conception d’une société aristocratique primitive nordique que défend, en France, le courant germaniste (du Comte de Boulainvilliers à Madame de Lézardière), et qui fait ensuite le lit de la raciologie. Face à celle-­ci, l’historiographie libérale romantique propose des lectures contrastées, parmi lesquelles celle de Claude Fauriel : la spécificité de son histoire de la Gaule méridionale sous les conquérants germains (1836) consiste à proposer, en lieu d’une histoire nationale, un récit au centre de gravité original, qui exalte le Midi et sa qualité de conservatoire de la Romanité (i.e. de la civilisation).

La permanence de ces conceptions rivales explique amplement le succès de l’approche michelétienne : faisant de la France une personne et de son territoire un lieu prédestiné, il permet une réconciliation du Nord et Sud et dépasse la vision conflictuelle d‘une lutte des races en proposant une approche nationaliste, humaniste et téléologique de la formation du peuple français.

Bibliographie :
Littérature historiographique :

BOULAINVILLIERS H. de, État de la France contenant Quatorze lettres sur les anciens parlements de France, avec l’histoire de ce royaume depuis le commencement de la monarchie jusqu’à Charles VIII, Londres : Roberts et Brindley, 1728, 3 tomes.
BOSSUET J. B., Histoire universelle depuis le commencement du monde jusqu’à l’empire de Charlemagne (1681), Paris, Brière, 1823.
DANIEL R.P. G., Deux dissertations pour une nouvelle histoire de France depuis l’établissement de la monarchie dans les Gaules, Paris, S. Bernard, 1696.
DU BOS J. B., Histoire critique de l’établissement de la monarchie française dans les Gaules (1ère éd. 1734), Paris, Nyon, 1742², 2 tomes.
FAURIEL C., Histoire de la Gaule méridionale sous la domination des conquérants germains, Paris, Paulin 1836, 4 volumes.
GOBINEAU A., Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-­Didot, 1853.
GUIZOT F., Histoire de la civilisation en Europe, Paris, Didier, 1828.
HERDER J., Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, Riga-­Leipzig, J.F. Hartknock, 1785-­1792.
HOTMAN F., Franco-­Gallia, Amsterdam, 1573 ; La Gaule françoise, Cologne, 1574.
LESAGE A., Atlas historique, généalogique, chronologique et géographique, Paris, Didot, 1802-­1804.
LÉZARDIERE P. de, Théorie des lois politiques, Paris, La Renaissance du livre, 1927.
LUDEN H., Geschichte der teutschen Volkes I, Gotha, Perthes, 1825
OZANAM F., Études germaniques, Paris, J. Lecoffre, 1847-­1849.
MEZERAY F., Abrégé chronologique de l’histoire de France, Amsterdam, A. Wolfgang, 1668.
MICHELET J., Histoire de France, t. 1, Paris, Hetzel, 1833.
MONTESQUIEU Ch.-­L., Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, Amsterdam, J. Desbordes, 1734.
Id., De l’esprit des lois ou du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les mœurs, le climat, la religion, le commerce, etc… (1748), dans Œuvres complètes, Paris, 1949-­51.
RANKE L., Geschichten der romanischen und germanischen Völker, Leipzig, 1824.
SCHMIDT M.-­I., Geschichte der Deutschen, Frankenthal, 1778.
THIERRY A., Récits des Temps mérovingiens précédés des Considérations sur l’histoire de France, Paris, Dentu, 2 vol., 1840-42.
VOLTAIRE, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII (1756), Paris, Garnier, 1880.
Id., Dictionnaire philosophique, BROWN A. éd., Oxford, Voltaire foundation, 1994.

Analyse des discours :

ARAMINI A., « L’Archéologie linguistique du pouvoir et du peuple chez Augustin Thierry », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2/2014 (n° 49), p. 179-­193
BAUDUIN P., GAZEAU V., MODÉRAN Y. (dir.), Identité et ethnicité. Concepts, débats historiographiques, exemples (IIIe-­XIIe siècles), Caen, publications du CRAHM, 2008.
BOURDIEU P., « Le Nord et le Midi : Contribution à une analyse de l’effet Montesquieu », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 35, novembre 1980, p. 21-­25.
BURGUIERE A., « L’historiographie des origines de la France. Genèse de l’imaginaire national », Annales 58, 1 (2003), p. 41–62.
DAUGE Y.-­A., Le Barbare : recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles, Latomus, 1981.
DROIT R.-­P., Généalogie des Barbares, Paris, Odile Jacob, 2007.
DUBOIS C., Celtes et Gaulois au XVIe siècle. Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, Vrin, 1972.
DESCOLA P., Par-­delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.
EFFROS B., Uncovering the Germanic past : Merovingian archaeology in France, 1830-­1914, Oxford, Oxford University Press, 2012.
GEARY P., The myth of nations : the medieval origins of Europe, Princeton, Princeton University Press, 2003.
GRACEFFA A., Les historiens et la question franque, Turnhout, Brepols, 2009.
GRELL C., Le XVIIIe siècle et l’Antiquité en France, Oxford, Voltaire Foundation, 2008.
MAC KITTERICK R., « The study of frankisch history in France and Germany in the sixteenth and seventh centuries », Francia 8 (1980), p. 556-­572.
MICHEL P., Un mythe romantique : les Barbares, Lyon, PUL, 1981.
NICOLET C., La Fabrique d’une nation : la France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2006.
PETITIER P., La géographie de Michelet : territoire et modèle naturel dans les premières œuvres de Michelet, Paris, L’Harmatan, 1997.
RIDÉ J., L’image du Germain dans la pensée et la littérature allemande, Paris, Champion, 1977.
SEE K. von, Deutsche Germanenideologie vom Humanismus bis zur Gegenwart, Frankfurt am Main, Athenäum Verlag, 1970.
Id., Barbar, Germane, Arier : Die Suche nach der Identität des Deutschen, Heidelberg, Winter, 1994.
THIESSE A.-­M., La création des identités nationales, Europe, XVIIIe -­‐XXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999.
WOOD I., The Modern Origins of the Early Middle Ages, New York, Oxford University Press, 2013.


pdf  – PDF – Ian Wood (University of Leeds) – The introduction of the Old North to the debate on the Fall of Rome


pdf  – PDF –  Thomas Ledru (Université Lille 3-IRHiS) – Les représentations du Nord dans l’Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1825)

Le titre complet de ce livre est Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent. Il ne s’agit donc pas d’une simple histoire de la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant mais plutôt d’une sorte d’histoire des Iles britanniques, débutant avant la conquête romaine et se terminant à la fin du XVIIIe siècle, dans laquelle A. Thierry met plus particulièrement l’accent sur les XIe et XIIe siècles (1300 pages au total).
Le but d’A. Thierry est de raconter l’histoire des peuples concernés à des degrés divers par cette conquête et ses conséquences. Ces peuples sont divisés en deux catégories opposées : les peuples envahisseurs et conquérants, présentés sous un jour très négatif, et les peuples envahis et conquis, valorisés dans la mesure où ils s’efforcent de résister à la conquête.

Ce parti-­pris en faveur des partisans de la résistance s’explique par les opinions politiques d’A. Thierry qui était en effet un libéral. Alors qu’il avait commencé à écrire des articles relatifs à l’histoire d’Angleterre dès 1817, A. Thierry a été poussé à rédiger ce livre beaucoup plus ambitieux (à partir de 1821) par la lecture d’Ivanhoé de Walter Scott (paru en 1819 en anglais et en 1820 en français) et par le début de la guerre d’indépendance grecque (en 1821).

Étant donné qu’il n’y a pas dans ce livre de réflexion théorique d’A. Thierry sur le concept de Nord, nous entendons ici, par représentations du Nord, la façon dont A. Thierry perçoit et présente les peuples et les territoires des Iles britanniques.

En ce qui concerne les peuples conquérants, il apparaît qu’A. Thierry n’a pas la même vision des Vikings et des Normands. Il présente ainsi les Vikings de façon ambivalente, déplorant la violence dont ils ont pu faire preuve mais, en même temps, ne pouvant s’empêcher d’admirer ces hommes, aventuriers, guerriers et marins capables de faire preuve d’une sensibilité poétique.

Les Normands sont en revanche présentés sous un jour beaucoup plus négatif. Ils font figure, en quelque sorte, de Vikings méridionalisés, c’est-­à-­dire acculturés mais dans le mauvais sens du terme. En effet, là où les Vikings sont authentiques et spontanés (caractéristiques septentrionales), les Normands sont méthodiques et calculateurs (caractéristiques méridionales).

Thierry insiste longuement, avec une certaine tendance à l’exagération, sur les dévastations et les malheurs consécutifs à la bataille d’Hastings et dénonce la volonté des Normands, après avoir vaincu les Anglo-­Saxons, d’établir leur domination sur les Gallois, les Écossais et les Irlandais.

En ce qui concerne les peuples conquis, il faut distinguer les Anglo-­Saxons d’une part et les Gallois, Écossais et Irlandais d’autre part. Les Saxons et les Angles présentent la particularité d’avoir été d’abord des peuples conquérants et violents puis d’avoir été pacifiés par la christianisation puis enfin d’avoir été envahis par les Vikings et surtout par les Normands. Pour A. Thierry, le règne d’Alfred le Grand marque la fin du processus de fusion des Saxons et des Angles et donc la naissance du peuple anglais. Après la bataille d’Hastings, A. Thierry s’intéresse plus particulièrement à ceux qu’il présente comme des héros de la résistance face à l’envahisseur normand. Parmi eux, il faut notamment citer Hereward (vers 1070) ainsi que Robin des Bois et William Longue-­Barbe (années 1190).

Thierry a tendance à vouloir faire durer le plus longtemps possible l’existence d’un sentiment   de résistance nationale et patriotique contre les Normands. La révolte populaire conduite par Wat Tyler en 1381 est ainsi présentée comme un soulèvement des descendants des Anglo-­Saxons. Pour A. Thierry, la fusion entre les Anglais d’origine anglo-­saxonne et les Anglais d’origine normande ne s’achève véritablement qu’à la fin du XVe siècle.

Les Gallois, les Écossais et les Irlandais, quant à eux, sont peut-­être, aux yeux d’A. Thierry, les peuples des Iles britanniques chez lesquels les caractéristiques septentrionales se sont le mieux conservées. Ils partagent en effet de nombreux points communs : tempérament enthousiaste et spontané, patriotisme fervent, amour de la musique et de la poésie, statut privilégié des bardes (gardiens de l’identité nationale), organisation politique marquée par une certaine égalité (décisions prises en assemblées) mais également, caractéristique que déplore A. Thierry, tendance à la guerre civile (facteur d’affaiblissement).

Bien qu’A. Thierry n’ait pas centré son propos sur les territoires des Iles britanniques, on relève dans son livre un certain nombre d’éléments intéressants en ce qui concerne leurs représentations. Il apparaît ainsi que l’opposition entre les peuples conquérants et les peuples conquis se retrouve dans l’opposition entre, d’une part, les villes et les plaines rapidement conquises et, d’autre part, les forêts, les montagnes et les régions de lacs et de marais, territoires sauvages et hostiles où sont allés se réfugier les partisans de la liberté.

En définitive, pour A. Thierry, si les régions les plus difficiles d’accès sont celles où les Normands ont eu le plus de mal à établir leur autorité (pays de Galles, en particulier septentrional, nord de l’Angleterre et Écosse, nord et ouest de l’Irlande), ce n’est pas lié seulement à leurs caractéristiques naturelles mais aussi à l’étroite correspondance existant entre la nature authentique et sauvage de ces terres et l’esprit fier et indomptable de leurs habitants.

Bibliographie

Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent, Paris, Firmin-­Didot frère et fils, 1825 [treize éditions jusqu’en 1884].
Anne Denieul Cormier, Augustin Thierry. L’histoire autrement, Paris, Publisud, 1996.


Séminaire de l’École doctorale SHS Lille Nord de France
avec le soutien de l’Institut universitaire de France, du réseau RIM-Nor
et des laboratoires HLLI (ULCO), IRHiS (CNRS/Lille-3) et sociAMM (ULB)
Renseignements : Alban Gautier, alban.gautier@univ-littoral.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *