La frontière Franco-Belge d’Utrecht à Schengen. Trois siècles de vie transfrontalière

La frontière Franco-Belge d’Utrecht à Schengen. Trois siècles de vie transfrontalière

Appel à communications

Date de soumission : 30 décembre 2012

Dans le cadre de Dunkerque « capitale régionale de la culture » et du tricentenaire de la signature des traités d’Utrecht les services d’archives d’Ypres, Dixmude, Bergues et Dunkerque se proposent d’organiser deux journées d’études autour de la thématique frontalière. En partenariat avec le laboratoire de recherche de l’IRHIS (université Lille III), de la SDHA, (Société Dunkerquoise d’Histoire et d’Archéologie) ces journées d’étude se dérouleront :

–       le samedi 13 avril 2013 0 à Ypres

–       le samedi 12 octobre 2013 à Dunkerque

Au XVIIe siècle, le tracé des frontières du Nord évolua au gré des victoires ou des défaites militaires de Louis XIV. A partir de la paix des Pyrénées en 1659 jusqu’au traité d’Utrecht en 1713, malgré quelques revers, le royaume de France s’est agrandi notablement au Nord, aux dépends des Pays-Bas espagnols. Ce faisant, les armées, puis les diplomates au service de Louis XIV créèrent de toutes pièces une nouvelle frontière, que ne justifiaient ni la nature ni l’histoire. Le rattachement de territoires à la France était même vécu comme un déchirement des anciens pays flamands et hennuyers, désormais soumis à des princes différents et le plus souvent hostiles. Cependant, l’incorporation des pays rattachés à la Couronne dans le cadre de l’Intendance leur offrit une certaine stabilité administrative.

Les traités d’Utrecht sont deux traités de paix signés en 1713 qui mirent fin à la guerre de Succession d’Espagne. Le premier fut signé à Utrecht le 11 avril entre le royaume de France et le royaume de Grande-Bretagne, le second fut signé à Utrecht le 13 juillet entre l’Espagne et la Grande-Bretagne.

Ces traités d’Utrecht reconnaissent le petit-fils de Louis XIV, Philippe V comme roi d’Espagne si ce dernier renonce à ses droits sur la couronne de France. Les Pays-Bas espagnols, le Milanais, Naples et la Sicile reviennent finalement à Vienne (Habsbourg). Sur la rive droite du Rhin, Louis XIV rend les villes occupées depuis le début de la guerre par l’armée française Brisach, Fribourg-en-Brisgau, et Kehl  En contrepartie, il obtient Orange de Frédéric Ier Hohenzollern. La vallée de l’Ubaye, dans les Alpes, est rattachée à la France en échange de la cession de la haute vallée de Suse. Les villes de Furnes et Ypres sont cédées aux Habsbourg. Louis XIV doit également renoncer à soutenir les Stuart en Grande-Bretagne et détruire les fortifications de Dunkerque. Le traité d’Utrecht en 1713 qui rendait aux Autrichiens une grande partie du Tournésis et la quasi-totalité de la Flandre maritime bouleversa cette organisation tout en fixant d’une manière durable les frontières du Nord. Mais Louis XIV sauvegarde ses conquêtes antérieures. A la suite de la guerre de Succession d’Espagne les Pays-Bas espagnols sont remis à l’Autriche. Ainsi la frontière entre la France et les Pays-bas Autrichiens (Belgique actuelle) est définitivement établie.

Thèmes abordés

Au concept traditionnel de limite linéaire plus ou moins étanche entre les États, se substitue la notion plus floue mais plus féconde, des espaces frontaliers. Les espaces frontaliers englobent des territoires de part et d’autre de la limite linéaire, et sont valorisés par des flux transfrontaliers intenses, de personnes, de marchandises et de capitaux. Á la différence de la frontière-rupture, cette nouvelle notion privilégie la frontière point de rencontre. Elle évacue l’origine militaire de la frontière, pour développer l’idée d’une concentration pacifique des activités, créatrice de richesse et non de conflits. Elle permet aussi de repenser la frontière non en terme de limite fixe, de confins, toujours appréhendés depuis un centre ; mais comme un axe de déplacements intenses et incessants, de mouvements relativement autonomes. Plus dynamiques que les centres limités aux espaces nationaux, les espaces frontaliers deviennent les nouveaux centres dans d’espaces internationaux. Ainsi, germe une approche féconde des ambiguïtés et paradoxes de la frontière.

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) en français ou en anglais sont à envoyer par courriel avant le 30 décembre 2012 accompagné d’un bref CV (1 page maximum) à oryckebusch@ville-dunkerque.fr

Organisation scientifique :

Olivier Ryckebusch, doctorant en histoire moderne, université de Lille III, directeur des archives municipales de Dunkerque.

Comité scientifique :

William Maufroy, conservateur en chef, centre de la mémoire urbaine d’agglomération, Communauté Urbaine de Dunkerque,

Patrick Descamps, conservateur, musée du mont de piété, ville de Bergues,

Rik Opsommer, conservateur, ville d’Ypres,

Chris Vandewalle, conservateur, Ville de Dixmude,

Christian Pfister-Langanay, maître de conférences en histoire moderne, université du littoral (ULCO), Boulogne-sur-mer.

Catherine Denys, professeur en histoire moderne, université de Lille 3 – IRHiS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *